Généralisation du couvre-feu à 18h et poursuite des aides à la culture

Lors de l'allocution du 14 janvier, le gouvernement a confirmé le maintien des aides pour les entreprises de spectacle et plusieurs hypothèses pour leur réouverture.

Généralisation du couvre-feu à 18h et poursuite des aides à la culture
Roselyne Bachelot lors de l'allocution du 14 janvier 2021.

La situation sanitaire restant dégradée, avec 25 017 patients hospitalisés pour une infection au Covid et 21 228 cas supplémentaires, le gouvernement a fait un point sur la situation et sur son éventuelle évolution.

Jean Castex a d'abord annoncé un couvre-feu avancé à 18h au niveau national  "dès samedi 16 janvier". Il a ensuite laissé la parole a plusieurs ministres. 

Des aides financières prolongées

Les aides financières pour les entreprises de spectacle sont maintenues. Bruno Le Maire, le ministre de l'Economie, a confirmé le maintien " en janvier de l'exonération des cotisations sociales et les aides au paiement des cotisations sociales mises en place en décembre".

Le ministre a rajouté que "l'objectif est simple : zéro charge sociale pour les entreprises qui sont fermées ou qui sont lourdement pénalisées" dans différents secteurs dont celui du "monde de la culture".  

Bruno Le Maire a également annoncé "le droit" de prolonger d'un an le remboursement des prêts garantis par l'Etat. Les entreprises fermées, réalisant plus d'un million d'euros de chiffre d'affaires par mois, pourront bénéficier d'une prise en charge des coûts fixes allant jusqu'à 70%.  

Le ministre de l'économie a précisé que cette "aide exceptionnelle", qui s'ajoutera au fonds de solidarité, est pour l'instant plafonnée à 3 millions d'euros. Elle s'étalera de janvier à juin 2021. 

Un soutien pour le monde de la culture

Roselyne Bachelot a ensuite pris la parole expliquant que "la donne sanitaire a profondément changé avec l'apparition des variants et de leur pouvoir de contamination" tout en précisant que "cette fermeture des lieux culturels n'est pas propre à la France" citant les exemples de l'Allemagne, la Grèce ou encore les Pays-Bas. 

La ministre a tenu a confirmer son soutien auprès des "acteurs culturels jusqu'à ce que les conditions économiques de fonctionnement soient restaurées". Elle a également tenu à affirmer que "le gouvernement n'a pas failli et ne faillira pas sur ce front".

Roselyne Bachelot a ajouté que le gouvernement prolongera "les dispositifs spécifiques qui ont été mis en place pour la culture pour chaque secteur, qu'il s'agisse des aides aux entreprises ou aux personnes : fonds de sauvegarde, fonds d'urgence, dispositifs d'indemnisation. Tout cela sera maintenu avec une attention particulière sur la préservation de l'emploi artistique et culturel et sur les artistes auteurs."

La ministre a aussi tenu à rappeler que "les répétitions, les tournages, les captations sans public, ainsi que l'accueil d'artistes en résidence restent possibles pour les professionnels."

Plusieurs expérimentations en cours pour la réouverture

Roselyne Bachelot a évoqué deux pistes de travail pour une prochaine réouverture des salles de spectacle. Elle a expliqué travailler "dans deux directions. Nous avons renforcé nos liens avec le Ministère de la santé pour approfondir et solidifier nos connaissances sur tous ces sujets. Nous avons un groupe de travail en commun pour regarder l'impact des contaminations dans les lieux de culture".

La première piste concerne la "recherche scientifique pour garantir la sécurité des personnes". La ministre a reconnu regarder "avec beaucoup d'attention les expérimentations menées. Je pense à l'expérimentation de Barcelone ou de Leipzig, et nous avons deux organisations qui vont mener des expérimentations, le syndicat des musiques actuelles avec l'INSERM, et le PRODIS avec l'Assistance Publique Hôpitaux de Paris pour regarder ce qui se passe dans les lieux de culture avec cette nouvelle donne sanitaire qui est la nôtre".

Elle a expliqué que "les conditions qui ont été posées dans ces expérimentations sont des conditions extrêmement strictes comme l'obligation, par un test PCR, de conditionner ainsi l'entrée dans les salles de spectacle, également les questions de ventilation, de température, de port d'un masque FFP2, et de conditions de sécurité extrêmement fortes qui posent un certain nombre de problèmes de généralisation au secteur".

La deuxième piste consiste à réfléchir à "de nouvelles conditions de fréquentation des salles", un travail qui a commencé "avant Noël". La ministre a constaté que "le monde de la culture est extrêmement facilitateur dans ce domaine, prêt à accepter des conditions très strictes au niveau des jauges, des distances, des conditions d'antisepsie".

Elle souhaite "développer dans le cadre de la procédure Tous Anticovid des QR Codes qui permettraient, s'il y avait une contamination, de retrouver à proximité les gens qui pourraient être contaminés".

Pas de réouverture imminente

La ministre a également rappelé qu'"un calendrier glissant" pourrait être fait pour "la réouverture échelonnée des lieux de culture en fonction des données scientifiques spécifiques à chacun de ces lieux de culture" tout en affirmant que "pour l'instant, la situation sanitaire est trop dégradée et trop instable pour envisager une date ferme de réouverture."

Roselyne Bachelot a tenu à terminer sa prise de parole par "le printemps est inexorable", une citation de Pablo Neruda synonyme d'espoir et de renouveau.