Les accusations contre Myung-Whun Chung rejetées par la justice coréenne

Le chef d’orchestre coréen Myung-Whun Chung, poursuivi dans une enquête pour détournements de fonds et diffamation, vient d’être définitivement blanchi par la justice.

Les accusations contre Myung-Whun Chung rejetées par la justice coréenne
Le maestro coréen Myung-Whun Chung s'est présenté devant la justice en juillet 2016. Un an plus tard, il est sorti d'affaire., © Getty / Ullstein Bild

Myung-Whun Chung est sorti d’affaires. Après plusieurs mois d’enquête, les accusations de détournements de fonds et diffamation contre le maestro ont été rejetées par le procureur.

L’affaire remonte à 2015 quand la présidente de l’Orchestre philharmonique de Séoul (SPO) : Hyunjung Park est accusée de « violations des droits de l’homme et harcèlement sexuel » par des salariés. Pour se défendre, elle accuse le directeur artistique, Myung-Whun Chung, de se servir de l’orchestre à des fins personnelles.

La présidente quitte son poste puis c’est au tour du chef d’orchestre d’annoncer sa démission le 29 décembre 2015 après que sa femme, soit elle aussi accusée d’être le cerveau des détournements de fonds supposés du maestro.

Quelques mois plus tard, la justice coréenne se saisit de l’affaire : du matériel est alors perquisitionné au siège de l'orchestre pour mener une première enquête sur le maestro et son épouse. Outre les détournements de fonds, Myung-Whun Chung et sa femme sont accusés d’avoir orchestré les dénonciations de harcèlement sexuel contre la présidente du SPO.

En août 2016, le Parquet central du district de Séoul blanchit le maestro sur les accusations de détournements de fonds : la police n’a trouvé aucune activité illégale entre 2005 et 2015 dans les documents récupérés au siège de l’orchestre. L’affaire est envoyée au procureur avec une recommandation d’abandonner les charges. Ce qui vient d’être confirmé, après presque un an d’enquête. « Aucun élément ne permet aujourd’hui de prouver sa culpabilité », a annoncé le bureau du procureur.