"Sa vie, c'était jouer et enseigner" : le trompettiste Pierre Dutot nous a quittés

Le grand pédagogue, figure du CNSM de Lyon, est mort des suites d'une maladie. Ceux qui l'ont connu pleurent aujourd'hui une personnalité solaire, bienveillante, qui "avait toujours mille projets".

"Sa vie, c'était jouer et enseigner" : le trompettiste Pierre Dutot nous a quittés
Ceux qui l'ont connu décrivent Pierre Dutot comme un homme au charisme débordant, à la personnalité solaire et à la générosité contagieuse, © Capture d'écran Youtube (Mouroua Studio)

Il laisse un grand vide dans la vie de tous ceux qui le fréquentaient et l'admiraient. Le trompettiste Pierre Dutot, figure du CNSM de Lyon, professeur de David Guerrier ou encore de Pascal Clarhaut, nous a quittés à l'âge de 75 ans des suites d'une maladie, a appris ce mardi France Musique auprès de ses proches. Une carrière dédiée à la pédagogie et à l'amour de la transmission.

C'est à l'âge de 10 ans, en écoutant un clown jouer de la trompette au Cirque d'Hiver Bouglione, que Pierre Dutot a un coup de foudre pour l'instrument. S'en suivent des études au conservatoire de Caen puis direction Paris, au Conservatoire National supérieur de Musique. Mais c'est au Conservatoire de Caen, puis à celui de Bordeaux, qu'il enseignera, et surtout au CNSM de Lyon, durant vingt-deux longues années. 

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

"C'était un grand nom de la trompette"

Ceux qui l'ont connu décrivent un homme au charisme débordant, une personnalité solaire et une générosité contagieuse. "C'était un grand nom de la trompette, un grand pédagogue également", témoigne le trompettiste Romain Leleu, qui n'a pas été son élève mais qui l'a rencontré de nombreuses fois : "C'était quelqu'un de bienveillant, de fédérateur, avec une capacité de rassembler à sa manière des gens de tous les horizons". Les deux trompettistes avaient fait partie ensemble du jury du Concours européen des Jeunes Trompettistes à Alençon, "qui lui tenait beaucoup à cœur" : "Il était très proche des jeunes, dans le sens où il était très intéressé par la pédagogie pour les débutants. Il a écrit une multitude de méthodes, des études... C'était un passeur."

Professeur adoré donc mais aussi concertiste réputé, Pierre Dutot avait fondé l’ensemble de cuivres Hexagone, où il avait développé une action pédagogique reconnue, donné de nombreux récitals et masterclass, en Chine, au Mexique, aux États-Unis, des escapades qui lui avaient forgé une solide réputation à l'international. Le trompettiste avait participé à l'enregistrement de plus de 80 CD. Pierre Dutot avait pris sa retraite en 2005, mais pas pour autant déposé sa trompette. Il continuait à donner des concerts un peu partout, et avait enregistré dernièrement un disque avec l’Ensemble national de trompettes du Mexique.

Je l'avais sollicité pour des jurys dans les derniers mois, je l'avais appelé plusieurs fois. Il avait toujours des examens médicaux à faire. Je crois malheureusement que ça s'est passé rapidement, c'est vraiment triste. 75 ans, aujourd'hui, on peut encore dire que c'est jeune, c'était un retraité très actif. Il avait toujours mille projets" - Romain Leleu

"Il m'a ouvert les portes"

Véronique Goudin-Leger, pianiste accompagnatrice, surtout de trompettiste, a elle très bien connu Pierre Dutot. "J'avais 17 ans quand j'ai commencé à accompagner, c'est là que j'ai rencontré Pierre, au Conservatoire de Bordeaux", se souvient-elle au micro de France Musique. "Il a voulu que je le suive au conservatoire de Lyon, où il m'a ouvert les portes, et bien au-delà, au milieu de la trompette à travers l'Europe". La pianiste a accompagné les classes Pierre Dutot jusqu'à ce qu'il prenne sa retraite.

Ces derniers temps, on s'appelait très souvent. Sur les partitions, il écrivait toujours trois mots : 'plaisir, confort, émotion'. On rigolait de ça, car il le disait tout le temps. Sa vie, c'était jouer et enseigner. Il était adoré, adulé, lui qui a fait tellement pour son instrument, et qui au-delà de ça avait une vision de la vie toujours positive, dans la bienveillance, toujours plein d'énergie." - Véronique Goudin-Leger

Le trompettiste David Guerrier a lui été son élève au CNSM de Lyon. "Pierre Dutot m'a encouragé vraiment très tôt à faire des concours internationaux. On peut dire que toute mon ascension, c'était avec lui, grâce à lui. Il avait cette façon de croire dans les possibilités des gens, d'aider à ce qu'elles se réalisent", raconte à France Musique celui qui était resté en contact avec son ancien professeur : "Son approche musicale était vraiment centrée sur l'être humain, le corps. Il était d'ailleurs prof de sport avant d'être trompettiste !  C'est une grande perte pour beaucoup de gens, c'était une force de la nature, quelqu'un qu'on pensait invincible."

"Pierre a toujours été de bons conseils dans mon cheminement professionnel et personnel", souligne Véronique Goudin-Leger. Et de conclure : "C'est quelqu'un qui m'a aidé à traverser des turbulences sévères dans ma vie, je suis profondément liée à lui. C'est le cours de la vie, on va tous mourir. Mais là, c'est un peu tôt."