Le roi du blues, B.B.King, est mort

Légende du blues, guitariste de génie, B.B. King (de son vrai nom Riley Ben King) est mort ce jeudi 14 mai à 89 ans. Retour sur un incroyable parcours, des champs de coton aux plus grandes scènes du monde.

Le roi du blues, B.B.King, est mort
"B.B. King en 2004, au festival Live at Sunset à Zürich_603x380

En dépit d'une tournée d'adieux débutée en 2006, il donnait encore, ces dernières années, une centaine de concerts par an. B. B. King a clairement voué sa vie au blues. " Il a popularisé, cette musique, il l'a rendue extrêmement célèbre auprès d'un public bien plus large que le public de départ ", expliquait ce vendredi matin Yvan Amar sur France musique. Le blues, B. B King en jouait depuis la fin des années 40, mais il l'a fait évoluer, il l'a fait voyager, il l'a fait entrer dans des foyers où il n'allait pas.
Riley Ben King est né le 16 septembre 1925 à Itta Bena, près d'Indianola, dans le Mississipi. Nous sommes dans le sud des Etats-Unis, et comme tant d'autres enfants noirs, le petit King travaille dans les grandes plantations de coton. Le gospel est présent à l'église et à la maison. La guitare arrive à 9 ou 12 ans, selon les versions. Le cousin de King , lui-même guitariste, va en tout cas jouer un rôle important et faire découvrir à King la ville de Memphis. A 22 ans, Riley Ben King s'y installe, avec la ferme intention de vivre de la musique. Il commencera alors par animer un programme radio hebdomadaire et gagnera à ce moment-là son surnom de "Blues Boy", B. B.

Des premiers succès aux grandes tournées

A la fin des années 1940, B. B King monte son orchestre le « B.B. King Review » , multiplie les concerts, fait ses premiers enregistrements et commence à se faire connaître. Le premier succès arrive en 1951, avec "Three O'Clock Blues ", un hit qui marquera un tournant : King quitte les studios et prend la route. Le succès, d'abord régional devient vite national dans les années 50, puis 60 ( "Blind Love", "Everyday I Have The Blues", "Sweet Sixteen".) King devient le plus grand vendeur de blues, les enregistrements s'enchaînent, les tournées sont nombreuses. La décennie suivante, 60-70, est celle qui va lui lui apporter l'intérêt du 'public blanc'. Les stars Eric Clapton (avec qui il enregistrera un album en 2000) ou Michael Bloomfield vantent publiquement ses mérites. En 69, il entregistre "The Thrill Is Gone", titre avec lequel son succès dépasse les frontières du blues, et la même année il est invité, comme Ike et Tina Turner, à se produire en première partie des Rolling Stones, durant leur tournée américaine. Un événement que B. B King considère lui -même comme un tournant, rappelle Le Monde. King va ensuite multiplier les concerts hors des Etats-Unis (il retourne en Europe où il s'était produit pour la première fois en 1968 et ira au Japon en 1971) , sa collboration avec le groupe U2 en 1988 marque l'ultime étape de l'élargissement de son public.

"Lucille est orpheline"

Avec plus de 50 albums à son actif et des dizaines de récompenses parmi lesquelles de nombreux Grammy Awards, B. B. King est, réellement, considéré comme une "légende". L'annonce de sa mort, ce vendredi matin a suscité de nombreuses réactions. "B.B., n'importe qui pourrait jouer des milliers de notes et ne pas pouvoir exprimer ce que tu disais en une seule. Repose en paix ", écrit le chanteur guitariste Lenny Kravitz sur Twitter. "Repose en paix B.B. King, l'un des meilleurs guitaristes de blues, peut-être le meilleur. Il pouvait plus faire en une seule note que n'importe qui", réagit le chanteur canadien Bryan Adams." Dans une vidéo publiée sur son compte Facebook, Eric Clapton rend lui aussi hommage à son "cher ami".*"Il a été un phare pour tous ceux d'entre nous qui aimaient ce genre de musique et je l'en remercie du fond du coeur"*, explique-t-il,encourageant ceux qui ne sont pas familiers avec son travail "à sortir pour trouver "B.B. King Live At The Regal"(1964), l'album par lequel tout a vraiment commencé pour moi en tant que jeune guitariste". "Lucille doit être triste, Lucille est orpheline ", écrivent aussi de nombreux amoureux de la musique de B. B. King, en référence au surnom que King donnait à ses guitares. Ce vendredi après-midi, le président des Etats-Unis Barack Obama a lui-même salué dans un communiqué la mémoire du musicien, estimant que le blues avait perdu "son roi, et l'Amérique une légende". ** La présidence a mis en ligne sur son site Internet la vidéo de "Let the good times roll", interprétée par "B. B. King & Ensemble" à la Maison Blanche, en février 2012. Souffrant de diabète chronique et d'une faiblesse aux genoux qui l'obligeait à jouer assis, B. B. King avait été hospitalisé quelques jours en avril dernier à Las Vegas à la suite de problèmes de déshydratation.