Le projet de construction d'une salle modulable à l'Opéra Bastille est suspendu

Le directeur de l'Opéra de Paris, Alexander Neef, a annoncé suspendre la construction d'une salle modulable à l'Opéra Bastille, un projet qui date de 1986 et que son prédécesseur, Stéphane Lissner, avait relancé pour 2023. L'aménagement de la salle était estimé entre 60 et 80 millions d'euros.

Le projet de construction d'une salle modulable à l'Opéra Bastille est suspendu
"Avant l'été, il a été décidé de suspendre le projet" a annoncé Alexander Neef, directeur de l'Opéra de Paris, ici à l'Opéra Garnier le 22 septembre 2021 aux côtés d'Emmanuel et de Brigitte Macron, © Getty / Photo by Bertrand Rindoff Petroff/Getty Images

« Avant l'été, il a été décidé de suspendre le projet. Nous partageons avec l'État la même opinion : ce n'est pas le moment de le faire » a annoncé dans Les Echos Alexander Neef, directeur de l’Opéra de Paris depuis septembre 2020. Il s’agissait de construire une salle modulable de 800 places devant ouvrir ses portes en 2023. Le précédent directeur, Stéphane Lissner, parti de manière anticipée alors que l'institution subissait à la fois une crise sociale et sanitaire, en avait fait son cheval de bataille, obtenant les subventions nécessaires et organisant les travaux qui devaient débuter en 2020. Le projet est évalué entre 60 et 80 millions d’euros.

Un projet datant de 1986, relancé en 2016

C’est un des serpents de mer de la Grande Boutique : aménager une salle modulable. L’espace pour l’abriter a été construit en même temps que l’Opéra Bastille avec l’idée qu’un opéra moderne se devait d’avoir une salle pour des scénographies plus audacieuses que le traditionnel dispositif frontal. Mais le projet est très vite abandonné : en 1989, pour l’inauguration, n’est livré qu’un bâtiment vide. Avec le temps, on y a installé une salle pour l’orchestre, la salle Liebermann.

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

En 2016, Stéphane Lissner avait annoncé vouloir relancer l'idée, à la faveur de la construction de la Cité du Théâtre, initiée par François Hollande, qui nécessitait que l’Opéra de Paris vide un de ses immeubles du 17e arrondissement contenant actuellement des espaces de construction des décors et de stockage. En échange de ce départ, un nouveau bâtiment devait être construit pour accueillir ces activités à côté de l’Opéra Bastille et la fameuse salle modulable enfin aménagée. Elle devait être, pour Stéphane Lissner, « une sorte de ciment entre Garnier et Bastille » permettant d’organiser notamment des répétitions ou des spectacles de l’Académie. 

« Il nous faut repenser notre modèle »

La pandémie a profondément changé notre réalité, a également déclaré Alexander Neef aux Echos. Nos ressources propres se sont effondrées. Nous avons bénéficié de l'aide de l'Etat et nous en sommes très reconnaissants. Néanmoins, il nous faut repenser notre modèle qui mobilise beaucoup de ressources propres.

L'opéra a en effet été frappé de plein fouet par le Covid, recevant de la part de l’État une aide exceptionnelle de 81 millions d’euros qui paraît peu compatible dans l'immédiat avec les dépenses qu'engendrerait l'aménagement de la nouvelle salle. Ce choix intervient également alors que Roselyne Bachelot, la ministre de la culture, a reçu récemment le rapport d’un audit mené Georges-François Hirsch et Christophe Tardieu, qui n’a pas été rendu public.

Une décision qui dessine la politique "raisonnable" d'Alexander Neef, quelques jours après le début de sa première saison et l'arrivée du nouveau chef de l'opéra, Gustavo Dudamel.