Le plus vieux violoncelle au monde sera exposé à New-York

« Le Roi », le plus ancien violoncelle au monde, réalisé par le luthier italien Andrea Amati sera exposé au Metropolitan Museum of Arts de New-York, du 11 juin au 8 septembre 2015. L’occasion de revenir sur l’histoire de cet instrument légendaire du XVIème siècle.

Le plus vieux violoncelle au monde sera exposé à New-York
Plus vieux violoncelle au monde

A l’honneur d’une exposition au Metropolitan Museum of Arts de New-York, le plus ancien violoncelle au monde, « Le Roi », construit au XVIème siècle par Andrea Amati, sera la pièce maitresse d’une installation qui honore travail du luthier italien et de des fils. Construit en 1570, l’instrument a depuis été modernisé en 1802 par le luthier Sébastien Renault et a subit plusieurs raccourcissement, notamment dans le sens de la largeur et de la longueur. Polémiques, ces modifications n’ont pas pour autant dénaturé les décorations.

Comme l’explique le luthier Rolland Houël dans son mémoire, « Reconstitution d’un violoncelle d’Andrea Amati », c’est suite à une commande de 38 instruments du roi de France Charles IX - fils de Catherine de Médicis - que le violoncelle « Le Roi » fut réalisé dans les ateliers du maître Amati.
Orné des armes et devises du souverain, « sur l’instrument figure en effet les emblèmes royaux et la devise du roi Charles IX, « pietate» (piété) sur le côté de la basse, « Ivsticia» (justice) sur le côté des aigus et lalettre « K » dans la nervure centrale, qui signifie «Karolus», ou « Charles » précise Roland Hou **ël**.

On dispose d’assez peu d’informations sur l’instrument, dont la trace s’est perdue deux siècles plus tard lors des grandes journées de la Révolution Française. Suite à l’invasion du château de Versailles par des insurgés parisiens, les instruments disparurent de la chapelle royale où ils étaient conservés et se trouvent désunis, nous précise l’auteur du mémoire.

Mais il refait surface. Comme l’indique Roland Houël, le violoncelle est retrouvé par le violoniste Cartier puis acheté en 1812 par un luthier anglais du nom de John Edward Betts.
Suite à plusieurs péripéties, « le violoncelle est exposé en 1968 à New-York et à Crémone en 1982 au Palazzo communale », avant d’être conservé aux Etats-Unis où il réside encore.

Aujourd’hui, il ne reste qu’une dizaine d’instruments provenant de la commande de Charles IX. L’exposition au Metropolitan Museum of Arts de New-York, accompagne le violoncelle de deux autres instruments d’Andrea Amati : un alto et un violon.

Sur le même thème