Le pianiste Paul Badura-Skoda est mort

Le pianiste autrichien Paul Badura-Skoda s'est éteint mercredi 25 septembre à l'âge de 91 ans. Grand interprète des compositeurs viennois, dont témoigne une importante discographie, son talent était unanimement salué.

Le pianiste Paul Badura-Skoda est mort
Le pianiste autrichien Paul Badura-Skoda s'est éteint à l'âge de 91 ans, © Getty

C'est un immense pianiste qui s'éteint, mais aussi un grand pédagogue et musicologue : Paul Badura-Skoda est mort mercredi 25 septembre à l'âge de 91 ans. Elève d'Edwin Fischer, grand interprète de Beethoven, Mozart, ou encore de Schubert dont il entreprit la première intégrale des sonates sur pianoforte, le Viennois est aussi l'auteur d'ouvrages de référence sur Bach, Mozart et Beethoven. 

France Musique lui rendra hommage ce jeudi, dans Relax avec Lionel Esparza, le van Beethoven d'Aurélie Moreau, ainsi qu'en compagnie d'Anne Queffélec, qui fut son élève, ce vendredi dans Musique Matinavec Jean-Baptiste Urbain.

J'ai toujours cherché ce qui se passe derrière les notes (Paul Badura-Skoda)

Né à Vienne le 6 octobre 1927, Paul Badura-Skoda restera toute sa vie attaché à sa vie natale. C'est là qu'il se forme auprès de Martha Wiesenthal puis de Viola Thern, avant de partir en Suisse rejoindre la classe d'Edwin Fischer. C'est également à Vienne, en 1949, que le pianiste fait ses grands débuts dans le concerto pour deux pianos de Mozart sous la direction de Wilhelm Furtwängler.  

Puis sa carrière s'envole dans les années 1950. Il multiplie les concerts à travers le monde, de l'Australie au Canada en passant par l'Amérique latine. Il rencontre à le même époque Jörg Demus. Son compatriote devient complice de bon nombre d'enregistrements (sonates à quatre mains de Mozart, "Grand duo" pour piano à quatre mains de Schubert...), et un partenaire privilégié en récital jusque dans les années 2000. Comme Demus, Paul Badura-Skoda était un grand collectionneur d'instruments anciens, dont quelques clavecins et pianofortes rares qu'il aimait faire découvrir à ses visiteurs.

Au total, sa discographie compte plus de 200 enregistrements, dont trois intégrales sur pianoforte : Beethoven, Mozart, et Schubert. Éternel curieux, son parcours musical aborde également le XXe siècle, lorsqu'il crée le 2e concerto pour piano de Frank Martin, qui lui est dédié, tout comme sa Fantaisie sur des rythmes flamencos

« Ce qui me frappe, c'est le jaillissement continu des idées, le relief, la vie organique, (...) l'humanisme rayonnant dont Badura-Skoda emplit chacune de ses interprétations ». Rendant hommage au Viennois à l'occasion de son 90e anniversaire, Philippe Cassard louait l'intégrité musicale « absolue » du pianiste, et son « respect fanatique » de la partition. Le monde musical ne se fit jamais avare de louanges pour Paul Badura-Skoda.   

Auteur de nombreux ouvrages sur L'art de jouer Bach au clavier, de jouer Mozart au piano ou encore sur les sonates de Beethoven, le pianiste accorda énormément d'importance à la transmission de ses connaissances. Une transmission qui passe en premier lieu par l'enseignement : à Essen puis, de 1980 à 1993, au conservatoire de Vienne. Il multiplia également les grands cours publics et autres masterclass dans le monde entier, influençant bon nombre de pianistes. On compte parmi ses élèves Anne Queffélec ou encore Jean-Marc Luisada.