Le modèle de "la musique pour tous", le CREA pourrait mettre la clé sous la porte

A la veille de son 30e anniversaire, le CREA, structure d’éveil artistique pour enfants et jeunes adultes située à Aulnay-sous-Bois, est menacé de disparition. Point avec Didier Grojsman, fondateur et directeur de cette pépinière de jeunes artistes amateurs qui n’a pourtant eu de cesse d’enrichir sa panoplie d’activités.

Le modèle de "la musique pour tous", le CREA pourrait mettre la clé sous la porte
Le CREA

Nous les avons suivis lors de la préparation de la production « Somewhere » en mars 2014 : ils étaient une vingtaine à former les CREA’tures, chœur des jeunes adultes du CREA. La majorité d’entre eux est arrivée une dizaine d’années plus tôt et n’a jamais quitté les planches du Théâtre Jacques- Prévert d'Aulnay-sous-Bois, où le CREA s'installe depuis plusieurs décennies, faute d'avoir ses propres locaux. Ces jeunes nous disaient leur bonheur de venir une fois par semaine vivre leur passion de la musique et de la scène, et l’importance des années passées au CREA pour leur épanouissement personnel. Aujourd’hui, un an et demi plus tard, le chœur des CREA’tures n’existe plus.

« Notre situation financière est devenue très préoccupante », nous a expliqué le fondateur et le directeur de la structure Didier Grojsman au téléphone. « Il a fallu se séparer d’un chœur, et je ne vais probablement plus faire de commandes pour de nouvelles créations. Je vais être obligé de réfléchir à deux fois sur certains partenariats qui nous couteraient trop cher en dépit de leur portée artistique ou sociale. »

Pourtant, lorsque nous nous sommes quittés en 2014, Didier Grojsman était plutôt confiant. Le CREA, c’était 150 enfants et jeunes répartis en quatre chœurs de 4 à 25 ans. Implantée en Seine Saint-Denis, cette structure accueillait à bras ouvert et sans aucun critère de sélection les enfants désireux de chanter, venus de la ville, du département, mais aussi de l'autre bout de l'Ile-de France. Parce que le jeu en vaut la chandelle.

En presque 30 ans, 55 créations - dont une vingtaine d’opéras - ont permis à ces jeunes amateurs, dont beaucoup ne lisent pas la musique - de monter sur scène et de faire partie d’un spectacle de haut niveau. Outre toutes les activités de la structure liées à la création scénique et vocale à destination des « élèves », le CREA a décliné sa pratique du chant choral « hors les murs » : dans le milieu scolaire ou hospitalier, avec les adultes ou par les formations des chefs de chant sur Aulnay, sur le Département de Saint - Denis, et même au-delà, en travaillant avec les Académies de Versailles, Créteil, Paris et Toulouse. Belle effervescence pour une structure qui n’a pas de lieu propre.

Reportage sur Il était une voix, projet intergénérationnel où 550 interprètes (enfants, adultes, parents, enseignants, seniors…) se sont produits sur la scène dans des spectacles élaborés en partenariat avec les équipes pédagogiques et artistiques.

Mais en 2014, le projet d’un "Centre de création vocale et scénique" était sur les rails, un projet soutenu par la Ville d’Aulnay-sous-Bois, par le département de Seine-Saint-Denis, par la région Île-de-France, l’État et des partenaires privés. Au terme de moult rebondissements liés aux changements politiques, les budgets ont été votés, et la Ferme du Vieux-Pays - située en plein cœur de la ville - a été choisie . L’installation du CREA devait se faire après réaménagement, avec une fin des travaux annoncée pour 2017. En 2012, le projet obtient le label Grand Paris en tant que « projet phare de démocratisation et de développement culturel ». Didier Grojsman avait l'impression de toucher le but ; une reconnaissance tardive, mais concrète, tant attendue par les équipes :
« Evidemment qu’on l’attendait tous, depuis 1993, l’année où nous avons lancé l’idée de la création d’un centre. Mais en plus, le projet du Centre nous a permis à fidéliser les mécènes importants qui ont été séduits par le côté novateur : un lieu ouvert à la formation musicale des amateurs, c’était le principal argument pour qu’ils s’engagent. »

Manifestation pour le CREApar suaudeau1

Pourtant, six mois plus tard, c'est la déception. En octobre 2014, le nouveau maire UMP d’Aulnay-sous-Bois, Bruno Beschizza, annonce à Didier Grojsman l’abandon du projet de réhabilitation de la Ferme du Vieux-Pays.

«M. Bruno Beschizza m’a expliqué que dans le contexte du déficit de 15 millions d’euros pour la ville, il ne peut plus continuer à soutenir le projet du Centre. Malgré le fait que toutes les structures culturelles aient subi une baisse de leurs dotations, le maire a reconnu l’intérêt du CREA pour la ville qu’il a caractérisée de 'locomotive de la vie culturelle d’Aulnay' et a maintenu sa subvention (31%). »

Il n’empêche que, une fois le projet du Centre suspendu, les mécènes annoncent leur retrait progressif.

« Le mécénat représente 12% de notre budget, et deux mécènes importants ne seront plus avec nous à partir de 2016. Le mécénat sera pour nous d’une importance cruciale dans les années à venir, seulement il nous est de plus en plus difficile de convaincre les mécènes de nous soutenir sur nos activités. »

Didier Grosjman tente de rebondir. Il sollicite les collectivités territoriales : silence radio. « Je ne sais plus quoi faire. Le Conseil général, le Conseil régional et la DRAC n’ont pas revu leur subvention depuis 5 ans (elle représente en tout 11% du budget), alors que nos activités ont explosé, et notamment en termes d’implication sur le territoire. On ne peut vraiment pas dire que nous travaillons entre nous, dans notre coin. Le CREA rayonne sur tout le département, et au-delà, à former, à encourager le vivre-ensemble, à porter la culture jusqu'à ceux qui n'y ont pas accès : écoles, quartiers, projets intergénérationnels, hôpitaux, publics empêchés, la démarche du CREA se décline facilement et à l’infini. Pourtant, tout le monde est d’accord pour dire que le CREA est l’exemple même de la démocratisation de la culture ».

.....................................................................................................
Le CREA, c'est :

⇒ Trois chœurs ( de 6 à 18 ans )

Éveil (6-8 ans)

Avant-Scène (8-11 ans)

Scène (11-17 ans)

Le CREA « hors les murs » en 2015/2016, c'est :

⇒ interventions de ses musiciens dans 35 classes à partir d’un projet commun défini avec chaque enseignant

⇒ interventions à la fois auprès de l’équipe médicale et soignante mais aussi auprès des enfants atteints de troubles autistiques en partenariat avec le centre hospitalier intercommunal Robert Ballanger

⇒ tutorat pour les enseignants qui souhaitent poursuivre l’éveil artistique

⇒ projet intergénérationnel qui, pour la première fois, rassemblera un chœur d’enfants hors temps scolaire issus de l’association des Femmes Relais et médiateurs interculturels d’Aulnay-sous-Bois, le chœur de l’Avant-Scène du CRÉA et un chœur d’adultes constitué de parents, d’enseignants, d’Aulnaysiens…

Ailleurs sur le web

Sur le même thème