Le metteur en scène Kirill Serebrennikov a enfin pu quitter la Russie

Kirill Serebrennikov ne pouvait plus quitter la Russie depuis sa condamnation, injustifiée selon ses nombreux soutiens. Le metteur en scène a pu se rendre en Allemagne pour chapeauter des répétitions. Selon le théâtre Thalia de Hambourg, son interdiction de voyager a été temporairement levée.

Le metteur en scène Kirill Serebrennikov a enfin pu quitter la Russie
Kirill Serebrennikov dans la salle du théâtre Thalia de Hambourg, © AFP / Marcus Brandt

Un soulagement pour toutes celles et ceux qui le soutiennent et apprécient son art. Le metteur en scène Kirill Serebrennikov a été autorisé, au moins temporairement, à quitter la Russie, indique le théâtre Thalia de Hambourg sur Twitter"Quelle joie! Le réalisateur vedette Kirill Serebrennikov est arrivé pour les répétitions au théâtre Thalia à Hambourg. Son interdiction de voyager en provenance de Russie a été provisoirement levée." Kirill Serebrennikov y met en scène la pièce Le Moine noir, d’après une nouvelle de Tchekhov, dont la grande première doit se tenir le 22 janvier.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Paramétrer les cookies

Toujours selon le théâtre Thalia, le metteur en scène a déclaré à son arrivée à l'aéroport : "Je suis très, très heureux que Hambourg soit la première ville européenne où je puisse à nouveau travailler, après quatre ans et demi. Hambourg est également la dernière ville dans laquelle j'ai pu travailler. Cela sent très bon, c’est un bon signe et certainement pas une coïncidence !" Malgré son assignation à résidence, Kirill Serebrennikov avait pu continuer à collaborer avec des théâtres européens grâce à des outils vidéo. Il avait ainsi mis en scène à distance une production du Nez de Chostakovitch pour le Staatsoper de Munich, ou encore Parsifal pour l'Opéra de Vienne.

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Une condamnation politique selon ses soutiens

En 2017, le réalisateur et metteur en scène, figure majeure de la culture en Russie et opposant au régime de Vladimir Poutine,   avait été arrêté pour des faits présumés de détournement de fonds. L'an dernier, il avait été condamné à trois ans de prison avec sursis pour fraude à des fins d'enrichissement personnel, avec interdiction de quitter le territoire russe. Le procès de Serebrennikov était considéré par ses défenseurs comme une atteinte à la liberté artistique. De nombreuses personnalités lui ont d'ailleurs exprimé leur soutien, estimant que son art engagé, en contradiction avec le conservatisme des autorités, était à l'origine de ses déboires judiciaires.

Au mois de juillet, Kirill Serebrennikov n'avait pas pu se rendre au festival de Cannes, alors que son film La Fièvre de Petrov concourrait pour la Palme d'Or. En signe de protestation, les acteurs avaient monté les célèbres marches la poitrine ornée d'un badge rouge aux initiales "KS", porté également par le président du Festival Pierre Lescure et le délégué général Thierry Frémaux. Le fauteuil, frappé du nom du réalisateur, était resté vide, tout comme en 2017 lors de la présentation de son long-métrage Leto.

"J'espère que quand le monde entier sera à nouveau en capacité de voyager (après la pandémie, ndlr), je pourrais rejoindre le reste du monde", déclarait alors Kirill Serebrennikov dans une interview au magazine professionnel Variety : "J'ai eu ma propre histoire de confinement. Maintenant c'est une mode mondiale... Je suis une sorte de pionnier".

Kirill Serebrennikov en conférence de presse au Festival de Cannes 2021, par visioconférence
Kirill Serebrennikov en conférence de presse au Festival de Cannes 2021, par visioconférence, © AFP / John Macdougall