Le marché français du disque en baisse, malgré la dynamique du streaming

Le marché français de la musique enregistrée s'est effrité au premier semestre, malgré la bonne dynamique du streaming dont les revenus dépassent pour la première fois ceux des ventes physiques, a indiqué le Snep, principal syndicat des producteurs.

Le marché français du disque en baisse, malgré la dynamique du streaming
Pour la première fois les revenus du streaming dépassent ceux des ventes physiques, © Getty / Michael Hurcomb

Après l'embellie de 2016, le chiffre d'affaires de vente de musique enregistrée du premier semestre 2017 a atteint 189 millions d'euros, en baisse de 2,3% par rapport au premier semestre de l'an dernier, selon le Syndicat national de l'édition phonographique (Snep).

Les ventes numériques (téléchargement et streaming) deviennent cependant la première source de revenus du marché en réalisant 55% du chiffre d'affaires total (104 millions d'euros, en hausse de 16%). Et, comme l’indique le journal Les Echos, pour la première fois également, les revenus du streaming (46% du total) dépassent ceux des ventes physiques (45%). Ces dernières ont quant à elles rapporté 85 millions d'euros au premier semestre, une baisse de 18% par rapport au premier semestre 2016 qui avait bénéficié d'un « effet Renaud » dû au nouvel album du chanteur. Les ventes de vinyles ont explosé de 71%.

Le streaming représente à lui seul plus de 46% de l'ensemble des revenus de la musique enregistrée, avec un chiffre d'affaires de 87,5 millions d'euros (+27%). Les revenus du streaming vidéo progressent plus fortement (+32%) que ceux du streaming audio (+28%). 19,4 milliards de titres ont été écoutés en ligne au premier semestre et le volume des écoutes mensuelles en streaming a triplé entre janvier 2015 et juin 2017 (3 milliards de titres).

avec AFP