Le jeune ténor italien Paolo Fanale nouvelle coqueluche du web

Jamais une publication de l’Orchestre de Paris n’aura eu autant de succès sur Facebook... En deux semaines, la vidéo du ténor Paolo Fanale a été vue plus d’un million de fois.

Le jeune ténor italien Paolo Fanale nouvelle coqueluche du web
Paolo Fanale chante le Cujus Animam du Stabat Mater de Rossini ©CaptureOrchestredeParis

Sur la page Facebook de l’Orchestre de Paris, personne ne s’attendait à un tel succès : 1,3 millions de vues et plus de 13 000 partages. La vidéo du ténor italien Paolo Fanale en répétition pour le Stabat Mater de Rossini fait son petit effet... Ou est-ce le ténor lui-même qui suscite tant de ferveur ?

Jeune, plutôt beau gosse, vêtu d’un t-shirt laissant apparaître des bras (très) musclés ainsi qu’un tatouage, Paolo Fanale pourrait presque faire de l’ombre à Jonas Kaufmann

Quant aux internautes, ils ne savent plus où donner de la tête. Dans les commentaires, les amateurs de musique classique (ou de physiques avantageux) hésitent entre vanter la plastique du ténor ou sa voix, alors se lâchent souvent sur les deux :


Le chanteur, lui, ne s’attendait pas à un tel buzz : « Je ne comprends pas la raison du succès de la vidéo. Peut-être que c’est à cause de ma tenue décontractée, mais j’étais tellement fatigué que je ne voulais pas me changer pour une répétition générale. » Et visiblement il a bien fait !

Sur les sites d’informations étrangers (notamment italiens), le jeune Paolo Fanale devient le “ténor sexy”, le “tatoué” ou même le “nouveau Pavarotti”.

Pourtant, ce ne sont pas les premières apparitions du chanteur sur scène. Né en 1982 à Palerme (Sicile),Paolo Fanale commence très jeune la musique, et au lieu de regarder les dessins animés, préfère s’intéresser aux symphonies, concertos et opéras… Enfant, il rejoint une chorale qui lui donne rapidement la possibilité d’être soliste.

Rapidement repéré par un professeur de chant, il commence à prendre des cours particuliers de chant et de piano qu’il doit payer seul, son père étant peu favorable à ce qu’il se lance uniquement dans la musique. Pour répondre au souhait de son père, Paolo Fanale se lance alors dans une double carrière, de comptabilité et de musique.

En 2000, il quitte l’Italie pour l’Allemagne et l’Angleterre, et chante dans la rue ou dans les églises. Ce n’est qu’en 2004, lorsqu’il remporte des prix en Sicile et en Bologne, qu’il démarre sa carrière professionnelle qui est prête à s’envoler…

Sur le même thème