Le gouvernement dévoile son plan pour l'éducation artistique et culturelle

Françoise Nyssen et Jean-Michel Blanquer ont annoncé le lancement du plan pour l'éducation artistique et culturelle pour le enfants de 3 à 18 ans. Dès l'école primaire, deux heures par semaine seront consacrées à une pratique artistique.

Le gouvernement dévoile son plan pour l'éducation artistique et culturelle
Jean-Michel Blanquer, ministre de l'éducation nationale et Françoise Nyssen, ministre de la Culture au musée Rodin lors de la présentation du plan pour l'éducation artistique et culturelle , © Maxppp / Christophe Morin

Rentrée en musique, Plan chorale, Tous musiciens d'orchestre, etc. On connaissait déjà les mesures mises en oeuvre conjointement par les ministères de la Culture et de l'éducation nationale pour favoriser la pratique de la musique à l'école. Françoise Nyssen et Jean-Michel Blanquer ont cette fois-ci présenté leur plan global pour l'éducation artistique et culturelle pour les enfants de 3 à 18 ans, de « l'école maternelle à l'octroi du Pass culture » ont précisé les ministres.  

A l'occasion de la visite d'une classe de CM1 de l'école Lucie et Raymond Aubrac de Gennevilliers (92) au Musée Rodin à Paris, les deux ministres ont tenu une longue conférence de presse commune pour détailler leur plan d'action nationale qui sera mis en oeuvre à la rentrée 2019. 

Dès l'école primaire, chaque élève bénéficiera de l'équivalent de deux heures de pratique artistique par semaine. Que ce soit la pratique du chant, avec le Plan chorale, des visites de musée ou de châteaux, des concerts, du théâtre ou de l'opéra, ou encore des rencontres avec des artistes, le gouvernement se dit prêt à travailler avec les collectivités qui le souhaitent pour les aider à atteindre cet objectif. L'idée est donc de  « sanctuariser ce temps » dans le programme scolaire des élèves, selon l'expression de Françoise Nyssen, qui voit là une « grande nouveauté » dont « l'objectif est de ne plus laisser un seul enfant sur le bord du chemin ». 

La ministre a insisté sur « le fossé qui se creuse au collège entre ceux qui ont les moyens de prendre des cours supplémentaires de musique ou de danse, d'aller au musée ou au théâtre, et les autres ». Et au lycée, « l'écart s'aggrave encore entre ceux qui ont été sensibilisés, et ceux qui décrocheront définitivement ». Les deux ministres ont annoncé que « ce parcours d'éducation artistique sur les temps scolaire, périscolaire et extrascolaire sera consigné dans un carnet à compter de la rentrée 2019 ».

Jean-Michel Blanquer a ajouté que le but était de « donner à nos enfants des racines et des ailes » afin de « développer l'envie d'apprendre, le désir d'école ». Dix villes ont été choisies pour tester le dispositif avant l'extension à l'ensemble du territoire à la rentrée 2019 : Bessancourt, Cannes, Carros, Château-Arnoux-Saint-Auban, Château-Thierry, Guingamp, La Courneuve, Metz, Quimper et Saint-Brieuc. Le gouvernement souhaite consacrer davantage de moyens dans la formation des professeurs, notamment pour ceux qui deviendront chefs de choeur. Treize choeurs académiques seront créés pour assurer cette formation. 

Les élèves de troisième bénéficieront d'une demi-heure d'éloquence par semaine, en complément des cours de français afin de leur donner une approche de la pratique théâtrale. Ils participeront également à un atelier d'éducation aux médias et à l'information. Les collégiens auront également la possibilité de participer à une chorale, cette fois sur la base du volontariat. L'accent sera également mis sur le cinéma avec la projection de films du patrimoine français. Idem pour le lycéens, qui outre la projection hebdomadaire d'un film, pourront participer à « un atelier artistique de création (musique, danse, théâtre, etc.) en partenariat avec les réseaux culturels ».

Françoise Nyssen a indiqué que son ministère allait consacrer 114 millions d'euros au développement de l'éducation artistique. Ce budget serait conforté en 2019.