Le geste du musicien sous la loupe des chercheurs belges

En Belgique, l'Université de Mons mène des recherches sur le geste du musicien avec des musiciens de l’Orchestre Royal de Chambre de Wallonie. L'objectif : mieux comprendre pour mieux accompagner, et même soigner les pathologies des instrumentistes.

Le geste du musicien sous la loupe des chercheurs belges
Le violoniste Pascal Crismer et l'équipe de recherche de l'institut NUMEDIART dans les locaux de l’Université de Mons Photo © Hovertone 2016

Des musiciens de l’Orchestre Royal de Chambre de Wallonie participent en ce moment même à une étude sur le geste du musicien, menée par les ingénieurs de l’Université de Mons en Belgique. Plusieurs violonistes et altistes interprètent des morceaux choisis vêtus d’une sorte de combinaison qui comporte 68 capteurs sur le corps et sur la tête reliés aux différents appareils de mesure. Leur instrument et l’archet sont également équipés des capteurs.

Chaque détail est enregistré : le geste, le mouvement et son amplitude, les qualités du son et du rythme. Le dispositif est entouré de 11 caméras qui captent l’image pour en faire une reconstruction en 3D sur grand écran, une sorte de « double » du musicien.

L’objectif de l’expérience est d’analyser en détail « ce qui fait la différence entre un musicien professionnel et un autre, ce qui fait qu'un geste apparaît fluide ou pas, quel lien entre le geste produit et l'émotion dégagée! »

Les résultats de cette étude nourrissent une base de données sur le mouvement, sur les postures et sur les sonorités des musiciens professionnels pour de multiples applications comme l’enseignement ou la santé des musiciens, et notamment l'étude des pathologies causées par la pratique d’un instrument.

Laurent Fack, le directeur de l’Orchestre Royal de Chambre de Wallonie, compte mettre l’expérience en pratique pour accompagner ses musiciens lors du prochain concours Reine Elisabeth : « Pour la première fois, dans le cadre du concours Reine Elisabeth, on va engager une équipe de kinés. Ils vont suivre nos musiciens lors des demi-finales. L'idée c'est de parvenir à modéliser les mouvements de nos musiciens, puis de montrer les images aux kinés, pour voir si les kinés auront des solutions extrêmement pratiques pour les musiciens! Et si on peut agir pour les musiciens, on peut agir pour Monsieur et Madame Tout-le-monde. »

L’équipe de recherche « capture de mouvements » de l'institut NUMEDIART a été créée il y a une dizaine d’années et a développé une expertise sur les sujets de la synthèse et l’analyse de mouvements, avec un intérêt particulier pour l’analyse du geste expert.

www.rtl.be

Ailleurs sur le web

Sur le même thème