Le cycle de conférences "Musique et cerveau" à Radio France se referme en regardant vers l'avenir

Le cycle de conférences « Musique et cerveau », organisé par Radio France, s’est clos samedi sur un débat autour des nouvelles technologies et leur impact sur la perception et la création musicale. Occasion de souligner les possibilités illimitées qu’elles offrent en matière d’apprentissage ou de soins médicaux, mais aussi d’alerter sur les dérives que peut provoquer le manque d’encadrement dans leur utilisation.

Le cycle de conférences "Musique et cerveau" à Radio France se referme en regardant vers l'avenir
Jean-Gabriel Ganascia, Hervé Platel, Daniel Pressnitzer et Wally Badarou en plein débat lors de la dernière journée du cycle des conférences « Musique et cerveau » à Radio France © Suzana Kubik

Samedi dernier, c’est avec un regard tourné vers l’avenir que s’est refermé le cycle de conférences « Musique et cerveau » organisé depuis mars 2015 à et par Radio France. Lors de cette sixième et dernière journée, la thématique centrale était Musique du futur - cerveau du futur : la perception et la création musicale en lien avec les nouvelles technologies.

Après avoir traité de l’impact de la musique sur la mémoire, l’apprentissage ou la santé, l’émotion musicale et la créativité lors des précédents rendez-vous, cette dernière table ronde était l’occasion de revenir sur ces différentes notions en rapport avec les nouvelles technologies : de quelles façons influencent-elles la pratique, la perception et la création musicale et quelles peuvent être leurs applications dans différents domaines de l’activité humaine ?

Selon le principe du cycle, les regards croisés de trois spécialistes et le témoignage d’un musicien sont venus nourrir le débat : Jean-Gabriel Ganascia, Professeur à l'université Pierre et Marie Curie, a ouvert la journée avec un historique de l’évolution de l’intelligence artificielle, Daniel Pressnitzer, Directeur de recherche au CNRS, École Normale Supérieure, a décortiqué les origines de la musique électronique d’un point de vue de la physique acoustique et Hervé Platel, Professeur de neuropsychologie à l’Université de Caen, modérateur des conférences depuis le début du cycle, a tissé les passerelles avec les thématiques déjà traitées et les technologies du futur. Wally Badarou, musicien, compositeur, producteur et spécialiste des synthétiseurs, a endossé le rôle du grand témoin, en tirant la sonnette d’alarme concernant les dangers et les abus des nouvelles technologies y compris dans le domaine de la musique. La séquence « création », qui est habituellement confiée au(x) musicien(s) lors de ces rencontres, a mis en valeur les recherches des équipes d'ingénieurs de son de Radio France dans le domaine du son binaural, avec deux superbes réalisations en son immersif diffusées en direct sur le plateau.

Comment le numérique modifie-t-il les pratiques musicales ? Ces nouvelles formes de pratique et d’écoute modifient-elles notre comportement, notre cerveau et la société dans son ensemble ? De quelle façon peut-on utiliser les nouvelles technologies pour soigner, rééduquer, apprendre ou enseigner mieux ? Une intelligence artificielle peut-elle composer à la place du compositeur ?
Ce sont les questions qui ont rythmé les échanges lors de cette dernière journée, à la quête des réponses, mais surtout en suscitant de nouveaux éléments de réflexion qui prouvent que le débat est loin d'être clos. Vu l'engouement et les avancées concernant les recherches des neurosciences dans le domaine de la musique, espérons que cette dernière journée de l'édition 2016 ne sera pas la fin de cette belle initiative.

Sur le même thème