Le contre-ténor Serge Kakudji victime d’une agression en Sicile

Le chanteur lyrique s’est fait violemment agresser à Palerme en Sicile le 20 juillet dernier, au lendemain de son concert avec l’orchestre du Théâtre Massimo de Palerme.

Le contre-ténor Serge Kakudji victime d’une agression en Sicile
Serge Kikandji

Sur sa page Facebook, le contre-ténor SergeKakudji a partagé des photos de lui après son agression pour dénoncer le racisme dont il aurait été victime en Sicile. « Le fait d’être noir a failli me coûter la vie », a-t-il écrit le 30 juillet, avant de préciser qu’il doit se déplacer en chaise roulante et béquilles, soit 10 jours après son agression. « Je voulais juste dire NON au racisme », a conclu le chanteur sur son message.

Lundi, le chanteur a donné des nouvelles, toujours sur sa page Facebook, en précisant qu’il peut désormais marcher avec une seule béquille. SergeKakudji, optimiste répond à cet acte de violence en écrivant : « N’oubliez pas de répondre par l’amour aux gens qui tentent de faire mal à notre conscience et nous serons encore plus fort ! »

Page Facebook Serge Kakudji
Page Facebook Serge Kakudji

Le contre-ténor n’ayant pas donné suite à notre demande d’informations supplémentaires, nous n’avons pas d’autres éléments sur les circonstances de l’incident. Serge Kakudji était en Sicile pour chanter Carmina Burana de CarlOrff avec l’orchestre du Théâtre Massimo de Palerme avant de se rendre en République démocratique du Congo, son pays natal.

Le contre-ténor mêle dans son travail deux mondes : celui de ses racines, avec la musique afro-congolaise, et le monde du baroque occidental. De ce brassage est né le projet Coup Fatal l’année dernière dont il est la vedette, en collaboration avec Alain Platel (mise en scène) et FabrizioCassol (direction musicale). L’œuvre reprend des œuvres de Haendel et Gluck accompagnées par des instrumentistes traditionnels africains. Coup Fatal a fait l’ouverture du Festival de Vienne et le Festival de Hollande l’été dernier.

Sur le même thème