Le concours international de piano Chopin lancé après un long report

Retardé d'un an à cause de la pandémie de Covid-19, la 18e édition du célèbre concours de piano a été officiellement inaugurée à Varsovie lors d'un concert de gala ce samedi soir. Les épreuves vont durer trois semaines.

Le concours international de piano Chopin lancé après un long report
La pianiste chinoise Szu-Yu Su lors de l'épreuve de qualification du 18e Concours de piano Chopin, dans la salle de chambre de la Philharmonie nationale à Varsovie, en Pologne, le 20 juillet 2021. , © Maxppp / Wojciech Olkusnik

Quatre-vingt-sept pianistes, trois semaines de compétitions : le coup d’envoi du 18e concours international de piano Chopin a été donné samedi soir à Varsovie (Pologne). Les épreuves, elles, ont démarré ce dimanche matin, après six ans de silence. Depuis 1927, date de sa création, la tenue du célèbre concours n’avait été suspendue que par la guerre, dans les années 1940, et l’Occupation de la Pologne par le Troisième Reich. En 2020, la 18e édition a dû être repoussée à une date ultérieure en raison de l’épidémie de Covid-19.

C’est donc en ce mois d’octobre 2021 que Varsovie va vivre, six ans après la dernière édition du concours Chopin, au rythme du piano et des pièces du compositeur natif de la ville, au début du 19e siècle. Cette année, pas moins de 87 pianistes du monde entier, sur plus de 500 qui ont envoyé leur candidature, ont été retenus par le jury pour participer à ce concours. Environ la moitié des candidats viennent d'Asie, où Frédéric Chopin est particulièrement chéri. 

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Sur scène, jusqu’au 23 octobre prochain, 22 Chinois, 14 Japonais, et 7 pianistes sud-coréens s'opposeront aux 16 Polonais, 6 Italiens ou encore aux pianistes arméniens, canadiens, américains, britanniques ou thaïlandais. Conformément au règlement du concours, les participants sont âgés de 16 à 30 ans. Et parmi les 17 membres du jury, figurent des anciens lauréats du concours, dont Dang Thai Son ou Ioulianna Avdeïeva. La pianiste russe a d’ailleurs participé, avec quatre autres virtuoses, au concert d'ouverture, samedi 2 octobre, avec au programme le quintette pour piano de Robert Schumann, le 3e concerto pour piano de Ludwig van Beethoven, et le concerto pour quatre pianos de Jean-Sébastien Bach.

La rareté de l’événement en fait son prestige

Véritable propulseur de carrières, le concours international de piano Frédéric-Chopin est une des lignes les plus importantes dans les curriculums des couronnés de Varsovie. C’est le cas pour l’Italien Maurizio Pollini (1960), l'Argentine Martha Argerich (1965), le Polonais Krystian Zimerman (1975) et le Chinois Yundi Li (2000). L'édition précédente en 2015 a été remportée par le Sud-Coréen de 21 ans Seong-Jin Cho. La cause de son prestige ? Sa rareté, explique Alain Lompech journaliste musical et homme de radio. « Au lieu de mettre 5 ou 6 pianistes sur le marché chaque année, le concours Chopin le fait tous les cinq ans. Donc il y a un tri naturel qui se fait dès l’origine », expliquait-il le lundi 4 octobre dans l'émission Musique Matin, sur France Musique. 

« Quand on se penche sur la liste de ceux qui ont remporté les premiers prix de ce concours, on se rend compte qu’un nombre phénoménal de prix au Concours Chopin ont fait de grandes carrières. C’est un concours qui se trompe moins que d’autres et c’est le seul très grand concours dont la totalité des épreuves est consacrée à Frédéric Chopin. »

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Paramétrer les cookies

Dimanche 3 octobre, c’est la chinoise Xuanyi Mao qui a ouvert les hostilités du concours, en se produisant la première devant le jury. Si pour les musiciens en course, le concours Chopin est une vraie bataille, avec à la clé pas moins de 40 000 euros et une médaille d’or pour le Premier prix (ce qui en fait le 2e prix le mieux doté au monde après celui de Cleveland), pour les organisateurs, c’est une affaire nationale. L’étendard de la culture et du rayonnement polonais autour de la musique et l’héritage de Frédéric Chopin. 

Sous le régime communiste, l’événement était une affaire d’Etat, organisé directement par le ministère de la Culture. Aujourd’hui, l’Institut Chopin en a pris la gérance. La fondation a d’ailleurs choisi d’ouvrir davantage son concours au monde entier, grâce au numérique, et peut-être aux nouvelles tendances de consommation culturelle engagées par la pandémie. Les amateurs pourront le suivre sur le canal YouTube de l'Institut Chopin, ainsi qu'en utilisant l'application mobile Chopin Competition pour iOS et Android.