Le choix très critiqué de financement de la Philharmonie par la ville de Paris

Dans un rapport publié ce vendredi, la Chambre régionale des comptes d’Ile-de-France pointe du doigt la gestion du financement de la Philharmonie par la ville de Paris.

Le choix très critiqué de financement de la Philharmonie par la ville de Paris
Photo prise le 13 janvier à 11h30, lors des travaux de construction de la Philharmonie. (© MaxPPP)

Ca n’est pas la première fois que le coût de la salle de l’Est Parisien est critiqué. Mais cette fois, c’est la ville de Paris qui est directement épinglée. Dans un rapport publié ce vendredi 23 septembre, la Chambre régionale des comptes d’Ile-de-France explique que le coût de la Philharmonie, conçue par l’architecte Jean Nouvel, est passé de 173,1 millions d’euros pour son « préprogramme » en 2006 à 534,7 millions d’euros en 2015.

Selon les contrôleurs, le déroulement de toute l’opération et les choix de gestion ont été « générateurs de coûts importants », notamment pour la Ville de Paris et l’Etat. La région Ile-de-France s’est pour sa part « tenue à l’enveloppe » de 20 millions d’euros dédiée au projet. Mais la Chambre pointe « une dérive des coûts et des délais » des travaux, réévalués successivement.

Et aussi : la Philharmonie de Paris, de la genèse à l’ouverture

La ville de Paris visée

La Chambre estime que la ville de Paris a « retenu un mode de financement peu adapté » à ce type d’investissement. Il s’agissait de garantir un emprunt obligataire souscrit par une association montée spécialement pour porter le projet. La ville rembourse les échéances de cet emprunt sous forme de subventions. Mais elle aurait obtenu de meilleurs taux en empruntant directement, comme l’a fait l’Etat, pour payer sa part. En faisant ce choix, Paris a perdu entre 20 et 25 millions d’euros expliquent les contrôleurs. Sa participation totale au financement du projet s’élève à 234,5 millions alors qu’elle avait présenté un budget initial de 158 millions.

De plus, la Chambre note que le premier véritable débat au sujet de cette opération n’a eu lieu, en Conseil de Paris, qu’en mars 2011 « alors que l’adhésion de la ville était actée en 2006 ».

Un vote en conseil de Paris

Le rapport de la Chambre régionale des comptes sera présenté mardi 27 septembre au Conseil de Paris. Il permet de comprendre, explique le journal Les Echos, l’impact de ce dossier sur le budget culture de la ville sur le long terme. Le remboursement de l’emprunt par l’association de gestion de la Philharmonie est « la plus importante subvention de la ville au secteur culturel, après celle de plus de 60 millions d’euros versée à Paris Musées » relate le journal.

Un vote aura lieu pour acter un « réaménagement des taux » avec la Société générale, qui fera économiser 4,350 millions d’euros à la ville selon Bruno Julliard, premier adjoint à la maire de Paris, Anne Hidalgo. De son côté, l’opposition Les Républicains a estimé que « depuis le début il y a un peu de tromperie sur le prix de la Philharmonie », notamment par la création de cette structure associative « pour ne pas faire apparaître la dépense dans la dette » affirme Nathalie Kosciusko-Morizet, ce qui est « très limite moralement et financièrement » ajoute-t-elle.

Côté succès public, la Philharmonie a réussi son implantation dans le nord-est parisien avec 1,2 million de visiteurs pour sa première année, remarquent les observateurs.