Le chef d’orchestre Jean-Christophe Keck soupçonné d'abus de faiblesse sur une cantatrice âgée

Jean-Christophe Keck, chef d’orchestre et musicologue spécialiste d’Offenbach, est soupçonné d’abus de faiblesse sur Eva Rehfuss, une chanteuse lyrique décédée en 2008. Son procès s’ouvre ce matin au tribunal correctionnel de Lyon.

Le chef d’orchestre Jean-Christophe Keck soupçonné d'abus de faiblesse sur une cantatrice âgée
Le chef d'orchestre Jean-Christophe Keck est accusé d'abus de faiblesse sur une vieille chanteuse lyrique, © D'ici Média

Jean-Christophe Keck a-t-il profité d’une chanteuse lyrique suisse âgée, dont l’état de santé avait été fragilisé par un accident vasculaire cérébral ? C’est la question à laquelle devront répondre les magistrats du tribunal correctionnel de Lyon à l’issue d’un procès qui s’ouvre ce lundi 30 octobre. Le chef d’orchestre et musicologue spécialiste d’Offenbach ainsi que Michèle Gruffaz, avocate versaillaise, sont tous les deux poursuivis pour abus de faiblesse sur la personne d’Eva Rehfuss, chanteuse lyrique décédée en 2008, nous rapporte Le Parisien.

En 2007, Jean-Christophe Keck a été désigné légataire universel de la diva, ce qui n’a pas été du goût de François Rehfuss, fils unique de la chanteuse lyrique qui a porté plainte en juin 2010. Il soupçonne le duo de prévenus d’avoir profité de la dégradation mentale de sa mère durant les derniers instants de sa vie. Et ce notamment après l’AVC dont a été victime Eva Rehfuss en mars, soit 9 mois avant sa mort.

Veuve du compositeur de musique légère Roger Roger (1911-1995) et arrière-petite fille de Félix Mendelssohn, Eva Rehfuss rencontre Jean-Christophe Keck en 2006 et ils nouent une relation forte. Citée par Le Parisien, une vieille amie de la chanteuse lyrique déclare que « l’attachement qu’Eva manifestait à M. Keck [lui] est apparu complètement démesuré ». Un autre témoin a également déclaré : « Eva en parlait comme de son dernier amour ».

Le fils de la cantatrice reproche donc au duo de prévenus d’avoir volontairement isolée sa mère malgré un état médical qui la rendait vulnérable. Michèle Gruffaz, l’avocate versaillaise, est accusée de lui avoir fait signer un mandat de gestion de bien ou un avenant à son testament à une époque où elle était incapable d’ordonner un virement bancaire selon un médecin. L’accusation évoque également un chèque de 20 000 € dont la signature apparaît comme « très dégradée » à l’ordre d’une organisation assurant la promotion de l’œuvre de Roger Roger et fondée par M. Keck. C’est à ce titre qu’est poursuivi le musicologue.

Le fils de la diva, qui attend ce procès depuis 7 ans, espère que le tribunal se prononcera sur la succession de sa mère. En effet, en désignant Jean-Christophe Keck comme légataire universel, François Rehfuss a vu son héritage amputé de moitié. Une procédure civile est en cours pour savoir comment seront partagés une maison estimée à 1 million d'euros, les droits d’auteur de Roger Roger estimés entre 4 et 5 millions d'euros et quelques œuvres d’art.