Le Centre national de la musique vient en aide au monde du spectacle privé

Le Centre national de la musique déploie un plan d'accompagnement à la reprise d'activité de 44 millions d'euros pour les professionnels du spectacle.

Le Centre national de la musique vient en aide au monde du spectacle privé
Le fonds d'aides aux salles privées du CNM, © Getty

Le Centre national de la musique a décidé lundi 28 septembre de débloquer un plan d'accompagnement à la reprise d'activité de 44 millions d'euros (dont 40 millions du plan d'aide de l'Etat) pour les acteurs du spectacle toujours très touchés par la crise due au coronavirus.

Le plan d'aide s'étale en trois parties. Un fonds de 2 millions d'euros, en soutien à l'activité des entreprises de spectacles privées dans le domaine de la musique classique et contemporaine uniquement, va être créé. À partir du 1er octobre, chaque entreprise pourra demander une aide de 35 000 euros maximum. Jusqu'au 31 décembre, cette aide permettra de tenir compte des pertes de billetterie liées au maintien des mesures de distanciation physique. 

Un fonds de compensation des pertes de billetterie, à cause des mesures de distanciation physique, va être créé. Il sera d'un montant de 40 millions d'euros. Cette aide fait partie du plan de 100 millions d'euros, activé par le gouvernement le 27 août, pour encourager la reprise d'activité dans le domaine du spectacle pour l'ensemble culturel.

Ce dispositif est destiné aux entreprises de spectacles pour lesquelles la distanciation physique n'a pas permis de produire ou diffuser de spectacle économiquement viable. Le périmètre retenu pour cette aide concerne uniquement les entreprises spécialisées dans les spectacles de musique actuelle et de variété, et non celles de la musique classique et contemporaines, qui organisent une ou plusieurs représentations payantes. Une même structure pourra demander une ou plusieurs aides, dans la limite de 500 000 euros. 

Une provision de 2 millions d'euros va être mise en place pour garantir la rémunération des auteurs et compositeurs pour les représentations aidées par le fonds de compensation. Cette aide sera destinée aux spectacles dont les organismes de gestion collective des droits d'auteurs décident de prélever des droits sur la billetterie . 

Toutes ces aides actuellement mises en places, seront totalement détaillées et disponibles sur le site du CNM dès le 1er octobre.

Réaction mitigée de la FEVIS

Du côté de la FEVIS, qui avait envoyé hier à la ministre une tribune signé par 200 professionnels pour dénoncer un manque d'aide vitales, Louis Presset, le président de la Fédération des Ensembles Vocaux et Instrumentaux Spécialisés, se réjouit de ce déblocage inclus dans la hausse annoncée hier par Roselyne Bachelot du budget du ministère de la Culture de 4,8%. Il explique que "le ministère et le gouvernement ont compris la crise terrible que traverse le milieu de la culture.

Louis Presset reste tout de même sur ses gardes en expliquant que "nous sommes contents mais nous attendrons pour être totalement rassurés. Nous allons toucher certaines aides. Le CNM est mobilisé mais nous aboutissons à une somme de 2 millions d'aides d'urgence, ce qui est une bonne nouvelle, mais quand on le met en rapport avec le mécanisme de compensation de la billetterie qui n'est ouvert qu'aux esthétiques des variétés et du jazz, les 100 millions, on constate que c'est un bon départ, mais évidemment ça ne peut pas suffire. "    

Un nouveau rendez-vous entre la FEVIS et le ministère de la culture a été fixé fin octobre pour évoquer la répartition des sommes allouées et comment le secteur peut s'en sortir.