Le Centre National de la Musique s'attaque aux inégalités Femmes/Hommes

Le comité du CNM dédié à la question de l'égalité femmes-homme s'attaque aux violences sexuelles et prévoit un programme d'aide financière.

Le Centre National de la Musique s'attaque aux inégalités Femmes/Hommes
Mitsuko Uchida avec le Saito Kinen Orchestra dirigé par Tatsuya Shimono lors du JapanNYC festival au Carnegie Hall en 2010., © Getty

Créé durant l'été 2020 par le Centre National de la Musique, le comité stratégique dédié à la question de l'égalité femmes-hommes s'est réuni dès le 1er septembre. Il est composé de 25 membres faisant tous partie du milieu musical, il a pour but de réfléchir aux enjeux de parité, d'accessibilité, de sensibilisation et de prévention.   

Le comité a un but : construire une feuille de route sur ces sujets pour l'année 2021/2022, en concertation avec les différentes filières du milieu musical.  

Le dernier conseil d'administration, qui s'est tenu le 16 décembre 2020, a décidé de débloquer 1 million d'euros dans le cadre d'un programme d'aide visant à soutenir les structures développant un projet lié à l'égalité femmes-hommes ou à la prévention contre les violences sexistes et sexuelles. 

Ces aides sont uniquement conditionnées au respect d'un protocole de lutte contre le harcèlement sexiste et les violences sexuelles établi par le Centre National de la Musique. 

Ce protocole consiste notamment à respecter le Code du travail, à informer et sensibiliser les équipes, y compris la direction et les équipes d'encadrement, aux préventions des risques, ainsi qu'au sujet des violences sexuelles et des comportements sexistes. 

Il consiste également à mettre en place un dispositif interne de signalement efficace et le traitement de chaque alerte reçue.  Les productions ayant recours au nu ou à des scènes à caractère sexuel devront mettre en place des plans de prévention en s'engageant sur un suivi et une évaluation des actions. 

Peu d'artistes femmes dans les festivals

Au printemps 2020, le CNM a lancé une étude sur la visibilité des femmes dans les festivals de musique. Un échantillon de 100 festivals a permis de révéler une présence de femmes trop minoritaire. 

Elle a également permis de relever un certain nombre de problèmes structurels avec 3 à 46% de présence féminine dans les musiques actuelles et 12 à 41% pour les musiques classiques. 

Autre fait marquant, dans les festivals de musiques actuelles, sur 3590 représentations, comprenant 5416 musiciens, on ne retrouve que 14% de femmes. Pour les musiques classiques, sur 649 représentations, on ne dénombre que 8% de compositrices sur 547,  547,  6% de cheffes d'orchestre sur 133, et 28% de musiciennes sur un total de 1185.  

Dans les musiques classiques, les femmes sont surtout représentées dans les catégories des voix et des instruments à cordes. Sur 339 solistes ayant étudiés dans un des deux conservatoires nationaux supérieurs de Lyon et Paris, seulement 88 femmes, soit 26%, ont été recensées.

Les efforts de parité dans le recrutement des des conservatoires ne semblent, pour le moment, pas encore avoir de conséquences sur la parité au sein des études musicales supérieures.

Une amélioration en cours

Pour les jeunes générations, 21% d'artistes ayant sorti leur premier album (physique ou numérique) entre 2015 et 2019 sont des femmes. Une grosse différence avec la moyenne de 14%, toutes périodes confondues. 

Pour les musiques classiques, près de la moitié des compositrices programmées dans les festivals sont nées après 1950. Pour ce qui est de la direction musicale, les femmes sont  plus jeunes, avec une moyenne d'âge de 36 ans, contre 50 ans pour les hommes. 

L'évolution générationnelle est en marche, même si le dernier rapport du Centre National de la Musique précise que "le nombre de données disponibles est trop faible pour formuler des conclusions définitives".