Le baladeur musical désormais à la portée des personnes sourdes

Mis à jour le samedi 03 septembre 2016 à 00h55

Un dispositif portatif permettant aux personnes sourdes d’écouter la musique à travers ses vibrations conçu par une jeune designer israélienne.

Le baladeur musical désormais à la portée des personnes sourdes
Vibeat©gironlino.wixsite.com/

Depuis les premiers baladeurs - les fameux walkman - qui ont révolutionné l'écoute de la musique dans les années 1980, emmener sa playlist avec soi, en sortant le chien, en faisant la queue à la caisse du supermarché, chez le médecin ou dans le train, est devenu banal comme un simple bonjour. Mais pas pour tous, comme le note Liron Gino, jeune designer originaire de Tel-Aviv. Elle s'est demandé comment permettre aux personnes sourdes de bénéficier de ce gadget aujourd'hui omniprésent, et de partager ainsi l'expérience musicale où qu'ils aillent.

Le résultat de ses recherches, c'est une sorte de baladeur sensoriel, baptisé Vibeat, dispositif portatif qui traduit la musique en vibration. Sa conceptrice a imaginé une alternative aux écouteurs qui se décline en plusieurs éléments de bijoux - un collier, un bracelet et une broche - attachés à un module circulaire. Leur interaction, comme l’explique dezeen magazine, crée « un système sensoriel alternatif » qui traduit les ondes en vibration.

Chaque pièce du dispositif couvre une partie du spectre sonore à différentes fréquences, et permet ainsi à la personne qui le porte une expérience de la musique à travers le contact avec son corps.

La musique parvient au dispositif à travers la connexion par Bluetooth. Les pièces sont détachables et permettent à la personne de décider de l’endroit sur lequel elle veut les porter. L’expérience peut être partagée : le Vibeat a un branchement vers les écouteurs pour les personnes entendantes. « Le design du dispositif met l'accent sur la mobilité et l'adaptabilité, avec une attention toute particulière portée sur la possibilité de partager l’expérience sensorielle et acoustique avec une autre personne », précise la conceptrice.

Sur le même thème