La Ville de Paris ne paiera pas le surcoût des travaux de la Philharmonie

La mairie de Paris n'a pas l'intention de payer le surcoût des travaux de la Philharmonie et veut également baisser sa contribution au budget de fonctionnement de la future salle de concert du nord-est parisien.

La Ville de Paris ne paiera pas le surcoût des travaux de la Philharmonie
Le chantier de la Philharmonie de Paris au Parc de la Villette. (© Victor Tribot Laspière / France Musique)

Nous vous en parlions dès le lundi 1er septembre dans laMatinale culturelle de Vincent Josse et sur francemusique.fr. Les rumeurs laissaient entendre que la ville de Paris ne voulait pas partager avec l'Etat le surcoût des travaux de la Philharmonie. Information confirmée mercredi 3 septembre par la voix de Bruno Julliard, 1er adjoint à la Culture.

Il a déclaré que la Ville ne "paiera pas " sa part des 45 millions d'euros nécessaires pour boucler les travaux de la future salle installée au Parc de la Villette à Paris. Ce refus "a été entériné " mardi, au cours d'une réunion entre le Premier ministre, Manuel Valls, et la maire de Paris, Anne Hidalgo, a assuré M. Julliard. Un rendez-vous qui aurait dû se tenir mardi 26 août mais avait été annulé pour cause de remaniement.

Le coût total du projet devrait s'élever à "380 millions d'euros ", au lieu des "337 millions d'euros " sur lesquels la Ville s'est engagée, selon M. Julliard. Le premier prix global affiché était d'environ 200 millions d'euros.

Budget de fonctionnement revu à la baisse

La Ville souhaite par ailleurs limiter sa contribution au budget de fonctionnement de la Philharmonie. Elle se limitera pour 2014 à 2,5 millions d'euros, selon M. Julliard. L'Etat devrait de son côté mettre sur la table 4,5 millions d'euros, selon une source proche de la mairie.

Pour 2015, la Ville - qui aurait été entendue par Matignon - ne souhaite pas davantage payer la moitié des 18 millions d'euros de subvention prévus. "Il a été décidé (entre Mme Hidalgo et M. Valls) qu'une mission Ville-Etat allait s'atteler à travailler à un nouveau modèle de fonctionnement moins coûteux pour les tutelles ", a-t-il annoncé.

Une décision que ne souhaite pas commenter la Philharmonie de Paris et son directeur Laurent Bayle. Mais l'information doit faire grincer quelques dents car la première saison qui commencera en janvier tablait sur les 18 millions d'euros de subventions.

La Philharmonie, qui "restera le temple de la musique symphonique ", devrait donc s'orienter vers un "nouveau modèle économique " et "une nouvelle programmation ", incluant des concerts de musique du monde et des concerts de musique actuelle. Elle sera par ailleurs invitée à faire d'avantage appel au mécénat, à mettre au coeur de son projet l'éducation musicale, et à rechercher des synergies avec l'Orchestre de Paris -résident principal de l'établissementculturel - et la Cité de la musique.

"Depuis le début, je dis que la parité de financement n'est pas pertinente. Pour nous la dépense nette supplémentaire est de neuf millions d'euros alors que l'Etat va bénéficier de redéploiements ", a expliqué M. Julliard. La Philharmonie, qui doit ouvrir mi-janvier, comprendra un auditorium digne des plus grands orchestres (2.400 places), six salles de répétition et dix studios. Pour 2015, elle prévoit 270 concerts dont 70 hors musique classique.

Avec AFP

Sur le même thème