La (très) belle année du Royal Opera House de Londres

Le Royal Opera House (ROH) fait état d’un excellent exercice dans son rapport annuel, avec une augmentation générale des recettes de l’ordre de 12%.

19% d’augmentation des ventes de billets, 10% pour le mécénat… Le tout pour un record de revenus à 127,5 millions de livres sterling (environ 179 millions d’euros) : une chose est sûre, les résultats du Royal Opera House (ROH) de Londres ont de quoi faire pâlir d’envie les nombreuses institutions en difficultés partout en Europe.

Si le directeur général de l’institution Alex Beard préfère parler pour l’instant de « progrès significatif », et rappeler que le Royal Opera House doit rester vigilant pour conserver une gestion durable de ses ressources, plusieurs indicateurs laissent espérer une bonne santé pérennisée, à commencer par le taux de remplissage, de 97% sur les 543 représentations des scènes de Covent Garden et du Linbury Studio.

Le Royal Opera House a surtout réussi à développer considérablement sa notoriété, atout considérable dans ses opérations de levées de fonds. La saison passée, l’audience globale de la maison de Covent Garden a dépassé les 1,5 million de personnes : 774 000 dans le théâtre lui-même, et 747 000 grâce aux diffusions des productions dans les cinémas (400 cinémas à travers le monde).

De bons résultats qui ne freinent pour autant pas le dynamisme du ROH. En octobre dernier, l’institution annonçait vouloir présenter quinze nouveaux opéras d’ici 2020. Riche du succès de The Tempest de Thomas Adès, la maison d’opéra souhaite élargir son répertoire et valoriser la création.

Sur le même thème