La soprano Erin Wall est décédée à l’âge de 44 ans

Erin Wall, soprano canado-américaine réputée pour la qualité de sa voix et l’étendue de son répertoire, est décédée ce vendredi 9 octobre 2020.

La soprano Erin Wall est décédée à l’âge de 44 ans
Erin Wall (1975-2020), © Getty / Steve Russell

Triste nouvelle pour le monde de l’opéra : la soprano canado-américaine Erin Wall est décédée ce vendredi 9 octobre à l’âge 44 ans seulement, des suites d’un cancer du sein diagnostiqué en janvier 2018. Erin Wall avait néanmoins poursuivi sa carrière musicale jusqu’en janvier 2020.

Diplômée de musique à la Western Washington University, à la Shepherd School of Music ainsi qu’à la Rice University de Houston, elle se formera également aux côtés de Marylin Horne

Elle fait ses débuts internationaux sur scène en 2002, avec le London Symphony Orchestra et Sir Andrew Davis, ensemble et chef qu’elle côtoie à plusieurs reprises lors de sa carrière.

Dotée d’une voix à la fois puissante et théâtrale, au ton chaleureux, Erin Wall saisit l’attention internationale du public et des critiques lorsqu’elle atteint en 2003 la finale du prestigieux concours BBC Cardiff Singer of the World. Deux ans plus tard, sa carrière est pleinement lancée lorsqu’elle rejoint la production de Così fan tutte de Patrice Chéreau en tant que Fiordiligi.

A l’aise autant à l’opéra qu’en récital, Erin Wall étend son répertoire sur presque trois siècles, avec notamment des lieder et mélodies, de Mozart à Britten en passant par Beethoven, Strauss, Gounod, Wagner, Massenet, Mahler et Barber.

Lors de sa carrière, Erin Wall montera sur les scènes les plus prestigieuses du monde, dont l'Opéra National de Paris, le Festival d'Aix-en-Provence, le Wiener Staatsoper, le Bayerische Staatsopera, le Metropolitan Opera de New York, le Washington National Opera, l’opéra de Los Angeles et l’opéra de San Francisco. Elle chantera également aux côtés de chefs d’orchestre tels que Mariss Jansons, Sir Andrew Davis, Edward Gardner, Pierre Boulez, Michael Tilson Thomas et Yannick Nézet-Séguin. 

Malgré le diagnostic de son cancer du sein en 2018, elle décide de maintenir ses nombreux engagements et continue à chanter à travers le monde entre ses rendez-vous médicaux. Elle monte sur scène pour la dernière fois le 19 janvier 2020 aux côtés du City of Birmingham Symphony Orchestra et du chef Mirga Gražinytė-Tyla en tant que Magna Peccatrix dans la Symphonie no.8 de Mahler, production que la Philharmonie de Paris espérait recevoir en décembre.

Son dernier message sur Twitter est simple : « Avant, j’étais chanteuse d’opéra. Puis la COVID-19 et le cancer stade-IV ont tout changé. Ne parlez pas de ma vie ni de ma maladie comme d’une ‘bataille’. »