La science prouve que la musique sensibilise les bébés à la parole

Mis à jour le mardi 03 mai 2016 à 11h27

A vos hochets : une étude américaine prouve que l'écoute de la musique pourrait influencer le développement des capacités d'apprentissage de la parole chez les bébés.

La science prouve que la musique sensibilise les bébés à la parole
© Christopher Stevenson/Corbis

Nous avons déjà fait part du rôle de la pratique musicale dans le traitement de la dyslexie chez les enfants scolarisés ces jours-ci, les médias anglophones s’emparent du lien entre musique et langage en relayant la nouvelle étude publiée par l'Académie américaine des sciences (PNAS), dans laquelle les scientifiques américains prouvent, neuroimagerie médicale à l’appui, les effets bénéfiques de la musique sur l’apprentissage de la parole chez de tout petits bébés.

C’est la première étude menée avec des nourrissons dès leurs premiers mois de vie qui montre ce que les musicothérapeutes et autres intervenants auprès de la petite enfance constatent de façon empirique depuis de nombreuses années déjà : exposés à la « pratique musicale », les bébés montrent une meilleure réceptivité neuronale aux structures rythmiques inhérentes à la parole, et donc une meilleure discrimination auditive, déterminante pour son acquisition.

« Notre étude est la première à démontrer que l’exposition des bébés aux sons autres que les sons du langage peut influencer le traitement du langage, » explique *Christina Zhao *, chercheuse à l’Institut des sciences de l’apprentissage et du cerveau de l’Université de Washington, pour le CBSNews. « A ma connaissance, nous sommes aussi les premiers à démontrer l’impact de la musique sur le cerveau de si jeunes enfants, » a-t-elle rajouté.

L’étude a été menée avec 39 bébés âgés de neuf mois qui ont participé avec leurs parents aux sessions de jeu de 12 à 15 minutes pendant un mois. Vingt bébés faisaient partie du « groupe musique » : ils écoutaient la musique pour enfants tout en tapant le rythme, alors que le groupe témoin jouait avec des jouets simples sans musique.

« Toutes les chansons étaient en rythme de valse que les chercheurs ont choisi parce qu’il est peu naturel et difficile à apprendre », a-t-elle expliqué.

Suite aux sessions au laboratoire, les bébés ont fait des scanners du cerveau.

« Pendant l’examen, ils écoutaient une série de sons du langage et de la musique, joués à un rythme régulier, que les chercheurs interrompaient de façon aléatoire. L’imagerie musicale permettait d’observer l’activité dans le cerveau lorsque les bébés identifiaient le changement du rythme. » Les bébés du « groupe musique » ont montré une meilleure réactivité aux changements par rapport au groupe témoin.

La musique et le langage : à la base, il y a le rythme

Selon les chercheurs, le cerveau traite de manière similaire la musique et le langage. Comme la musique, le langage repose sur des structures rythmiques. Le cerveau des bébés en acquisition du langage utilise des modèles rythmiques pour différencier les sons et à terme, comprendre le langage. Cette capacité lui permet d’apprendre à parler. *« Le cerveau du bébé apprend à reconnaitre les modèles et anticipe sur ce qui va suivre. L’identification des modèles est une compétence cognitive importante, et le fait de la développer, peut avoir une influence durable sur l’apprentissage », * explique Patricia Kuhl, co-signataire de l’étude.

Selon les chercheuses, cette étude n’est qu’un premier pas dans la compréhension du rôle que peut jouer la « pratique musicale » dans le développement des compétences cognitives chez les bébés. Pour l’instant, il n’y a pas de données qui permettent de conclure si une écoute passive peut avoir le même impact et si l’impact peut durablement modifier le processus d’apprentissage. Mais l’interactivité peut y jouer un rôle majeur : « Les décennies de recherches sur la manière dont les bébés apprennent démontrent qu’ils absorbent une quantité d’informations extrêmement vaste et à une vitesse incroyable. Nous savons que de les impliquer activement dans les interactions du langage peut accélérer l’apprentissage des mots. Avec cette étude, nous avons montré que de participer activement à un jeu musical peut avoir une importance sur le développement de leur cerveau et peut les aider à apprendre. »

La prochaine étape, selon Christina Zhao, serait de comprendre si les effets de la musique sur le cerveau des bébés sont durables, y compris sur le développement global des capacités cognitives.

* Sur le même thème *