La Playlist du vendredi : au revoir, petite semaine

Le vendredi, tout est permis, y compris écouter une playlist de 10 titres spécialement étudiée par d’éminents spécialistes du vendredi pour passer cette journée en beauté.

La Playlist du vendredi : au revoir, petite semaine
vendredi mea

Dernière ligne droite avant le week-end, le vendredi exige d’être abordé avec délicatesse. Heureusement, France Musique est là pour vous accompagner ! Rendez-vous au bas de cette page pour retrouver tous les titres dans un seul et même lecteur.

♪ 7h l’éveil : Boccherini, Quintette avec guitare n°4 “Fandango”

Un peu de douceur dans ce monde de brutes. L’Espagne fut le pays d’adoption de Boccherini, en témoigne ce Quintette composé vers 1798-1799 : guitare, castagnettes, le tout en fandango, danse ibérique pleine de soleil… Du soleil dans les oreilles pour démarrer la journée !

♪ 8h vers le travail : George Antheil, Ballet mécanique

Voiture, métro, bus… C’est le ballet mécanique. Écrite entre 1923 et 1925, puis révisée en 1953, la partition du compositeur américain George Antheil fait sonner pas moins de 16 pianos mécaniques. L’adéquation parfaite avec le ballet des voitures.

♪ 9h travail en douceur : John Luther Adams, Become Ocean

Avec Become Ocean (2012) de John Luther Adams, on est bon pour 42 minutes de sérénité. Le compositeur a commenté cette pièce de la manière suivante : “La vie sur terre est née de la mer. Tout comme la glace polaire et le niveau des mers montent, nous, humains, faisons face une nouvelle fois à la perspective de devenir littéralement océan”. De quoi se sentir tout petit, ou très très grand.

♪ 10h pause sucrée : Prokofiev, Concerto pour piano n°2 (scherzo)

L’heure du premier coup de fatigue, et le moment idéal pour lancer une oeuvre vive et dynamique. Virtuose et sauvage, le scherzo du 2ème concerto pour piano de Prokofiev donnera le petit coup de fouet nécessaire pour tenir jusqu’au déjeuner.

♪ 12h30 déjeuner : Debussy, Trio pour piano en sol

La pause déjeuner, façon terrasse ou parc ensoleillé, et prémices du printemps. Ne pas oublier de manger léger.

♪ 14h retour au travail : Philip Glass, Einstein on the Beach

Les plus besogneux s’engageront dans une intégrale de l’oeuvre, d’une durée de 4h30. les autres se rabattront sur des extraits choisis. Au choix, la lente et rassurante répétition des motifs (Knee Play 1, Trail...) ou, pour les plus pressés, la quasi-transe de Train ou de Dance 1 “Field with Spaceship”. Épileptiques s’abstenir.

♪ 16h30 pause : Debussy, Prélude à l’après-midi d’un faune

C’est l’heure du coup de mou, la fin de la journée approche. Pause bucolique, évasion dans le cours de la journée : dans le Prélude à l’après-midi d’un faune se meuvent, selon Debussy, “les désirs et les rêves du Faune dans la chaleur de cet après-midi”. Faute de chaleur, on se contentera de désirs et de rêves.

♪ 18h la libération : Gottschalk, Symphonie romantique “la nuit des tropique”

Enfin la fin de la journée ! Pour accompagner l'irrépressible sourire qui se dessine sur le visage, rien ne vaut la Nuit des tropiques de Louis Moreau Gottschalk. Composée vers 1858-1859, l’oeuvre s’inspire des musiques entendues dans les pays traversés par ce pianiste-compositeur-voyageur. Né aux Etats-Unis, il passa quelques années en Europe (le temps de jouer devant Chopin à la Salle Pleyel), avant de partir pour les Caraïbes puis l’Amérique du Sud.

♪ 21h : Poulenc, Les gars qui vont à la fête

Et le lundi, 9h, en bonus, parce que le lundi, on a tous un peu vendredi en tête.

Toute la Playlist dans un seul player :

Sur le même thème