La musicienne Esther Bejarano, l'une des dernières survivantes d'Auschwitz, est morte

Elle était l'une des dernières survivantes de l'orchestre des femmes d'Auschwitz et l'une des figures de proue dans la lutte contre l'extrême droite en Allemagne.

La musicienne Esther Bejarano, l'une des dernières survivantes d'Auschwitz, est morte
La musicienne Esther Bejarano est morte, © Maxppp / Axel Heimken

Elle était l'une des dernières survivantes de l'orchestre des femmes d'Auschwitz et l'une des figures de proue dans la lutte contre la montée de l'extrême droite en Allemagne. La musicienne et militante contre l'extrême droite en Allemagne Esther Bejarano s'est éteinte à Hambourg dans la nuit de vendredi à samedi à l'âge de 96 ans, a annoncé le directeur du Centre éducatif Anne Frank Meron Mendel, sur Twitter.  "Elle a dédié sa vie à la musique et à la lutte contre le racisme et l'antisémitisme", a-t-il rajouté, et a rappelé que la musicienne "a survécu à Auschwitz parce qu'elle jouait de l'accordéon dans l'orchestre du camp."

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Paramétrer les cookies

"Elle restera toujours dans nos cœurs", a affirmé dans un message des condoléances a ses enfants, le président de la République allemande Frank-Walter Steinmeier, et a salué la mémoire d'une "personnalité courageuse qui s'est jusqu'à la fin engagée en faveur de ceux qui ont été poursuivis par le régime nazi". 

Car après avoir survécu à l'horreur des camps, Esther Barjano a dédié sa vie à la sensibilisation aux dérives de l'extrême droite, notamment auprès des jeunes, en racontant inlassablement son histoire. 

Née Esther Loewy à Sarrelouis en 1924, elle a d'abord été déportée à Auschwitz en avril 1943 où elle a été recrutée en tant qu'accordéoniste pour l'orchestre des femmes du camp, alors qu'elle jouait du piano. Avec les autres musiciennes, elle devait jouer pour les prisonniers et pour les déportés à la descente des convois. "Vous saviez qu'ils allaient être gazés, et tout ce que vous pouviez faire était de rester là et de jouer", raconta-t-elle en 2014 à la Deutsche Welle. Les déportés sur la rampe de sélection nous faisaient signe de la main. Ils pensaient sûrement que là où il y a de la musique, ça ne peut pas être si mauvais. C'était la tactique des nazis. Ils voulaient que tous ces gens aillent à la mort sans se battre", avait-elle poursuivi. 
Sept mois plus tard elle a été transférée au camp de Ravensbrück. Sa soeur et ses parents ont été assassinés par les nazis.  A la Libération, Esther Bejarano a rejoint l'Israël, où elle a vécu 15 ans, avant de revenir en Allemagne. A l'entrée du parti d'extrême droite AfD au Budestag en 2017, elle a déclaré : "Pour ceux qui ont vécu ça (la déportation, ndlr), on ne peut pas décrire à quel point c'est grave". Avec la violoncelliste Anita Lasker-Wallfisch, 95 ans, installée aujourd'hui en Grande-Bretagne, elle était l'une des toutes dernières musiciennes connues de l'orchestre des femmes d'Auschwitz encore en vie.

Elle a écrit plusieurs romans autobiographiques. La musique a continué à l'accompagner jusqu'à la fin. Avec ses enfants, au début des années 1980 elle a fondé le groupe Coincidence avec des chansons du ghetto et des chansons juives et antifascistes, et s'est produite avec un groupe de hip-hop, Microphone Mafia, avec qui elle a effectué une tournée dans toute l'Allemagne.