La mairie de Lyon coupe 500 000 euros à l'Opéra

Nathalie Perrin-Gilbert, adjointe à la culture, a fait part de sa volonté de baisser de 500 000 euros la subvention de la Ville de Lyon à son opéra. La décision inquiète son directeur Serge Dorny, qui évoque une possible "idéologie anti-Opéra" de la ville.

La mairie de Lyon coupe 500 000 euros à l'Opéra
"Nous ne pouvons que nous inquiéter de l’idéologie anti-Opéra que semble sous-tendre cette décision", réagit Serge Dorny, le directeur de l'Opéra., © AFP / MOIRENC Camille

Place de la Comédie, la nouvelle a été reçue comme un coup de massue. "Madame Perrin-Gilbert, adjointe à la culture, m’a fait part mardi  de sa volonté de baisser de 500 000 euros la subvention de la Ville de Lyon à l’Opéra de Lyon", indique Serge Dorny, le directeur de l'Opéra, dans une réaction transmise à France Musique. "Cette baisse annoncée, trois semaines avant le conseil municipal de fin mars 2021, surprend et pose la question de nos assemblées délibérantes et du débat démocratique", poursuit-il.

Les subventions allouées à l'Opéra par la Ville de Lyon s'élèvent au total à 18 millions d'euros, fait savoir la mairie, contactée par France Musique. C'est la subvention dédiée au fonctionnement de l'établissement qui sera amputée, passant de 7,5 à 7 millions d'euros. Un budget moindre qui va "forcément fragiliser et réduire les projets artistiques, culturels et sociaux mis en œuvre par l’Opéra de Lyon dans la cité, en métropole et en région", selon Serge Dorny : "Il faut d’ailleurs rappeler qu’à ce titre l’Opéra de Lyon est un des plus importants employeurs culturels des artistes et techniciens de la région Auvergne-Rhône-Alpes."

"L'Opéra a les moyens de continuer à être un équipement d'excellence"

Le personnel, les musiciens, les chanteurs et les danseurs ne seront en aucun cas pénalisés par cette décision, assure à France Musique Nathalie Perrin-Gilbert, adjointe à la mairie de Lyon, déléguée à la Culture, qui explique les raisons de cette baisse, qui sera votée les 25 et 26 mars durant le conseil municipal : "Nous avons décidé de baisser cette subvention notamment au regard de la situation économique de l'Opéra, moins que d'autres structures lyonnaises impacté par la crise du Covid, parce qu'un certain nombre d'aides exceptionnelles lui ont été allouées, notamment par l'État. C'est une grande institution qui est plus en situation de vivre cette période de crise sanitaire." L'élue juge ainsi que l'Opéra, "avec son budget de 38 millions d'euros par an et avec les bâtiments mis à disposition, a tout à fait les moyens de continuer à être un équipement d'excellence."

Nathalie Perrin-Gilbert explique aussi avoir été élue "sur une conviction que la culture était une matière vivante, en mouvement. Le budget de la ville de Lyon est depuis longtemps orienté sur les grandes institutions. 95% de mon budget, de plus de 100 millions d'euros par an, est absorbé par une dizaine d'équipements. Je suis aussi dans la nécessité de trouver de nouvelles marges de manœuvre pour aider d'autres disciplines, d'autres esthétiques, comme le cinéma ou la photographie contemporaine."

L'inquiétude d'une "idéologie anti-Opéra"

"L’adjointe à la culture justifie cette baisse en faveur de l’accompagnement de la création et de l’émergence', alors qu’en retirant 500 000 euros à l’Opéra de Lyon, elle supprime une part de création et d’émergence au lyrique, au chorégraphique et aux musiques transversales de notre institution", déplore de son côté directeur, Serge Dorny : "sur le plan de la politique culturelle, nous ne pouvons que nous inquiéter de l’idéologie anti-Opéra que semble sous-tendre cette décision."

Après avoir appris la baisse de la subvention, Étienne Blanc, sénateur LR du Rhône, s'est lui fendu d'un communiqué au vitriol.  "Ça va être un bouleversement, une révolution dans les politiques culturelles lyonnaises. L'Opéra de Lyon a une renommée mondiale. Diminuer le budget de cette institution, c'est évidemment remettre en cause cet équipement phare de la politique culturelle", estime celui qui est aussi élu au conseil municipal de Lyon, interrogé par France Musique. 

"C'est la volonté de détruire l’excellence pour aboutir à une certaine uniformité. On considère que l'opéra est quelque chose de trop classique, pour un certain nombre de contestataires. On considère aussi que l'opéra s'adresse à une élite, ce qui n'est pas vrai. La politique affichée est une politique qui veut réduire l'élite", estime Étienne Blanc. 

"Je n'ai rien contre l'excellence, je n'ai rien contre l'Opéra", réfute Nathalie Perrin-Gibert, l'adjointe à la Culture. "J'aime beaucoup cet art et j'ai le plus profond respect pour les musiciens, les chanteurs lyriques et le ballet de l'Opéra. Après, l'Opéra fait l'objet - c'est un secret de polichinelle à Lyon - de plusieurs rapports de la Chambre régionale des comptes, qui demandent à la Ville de prendre un certain nombre de mesures vis-à-vis de cette association loi de 1901". La mairie va d'ailleurs demander courant 2021 un audit, pour faire le point sur les comptes et la gestion de l'association.