Légende et pionnier du reggae, le Jamaïcain Frederick "Toots" Hibbert est mort à 77 ans

Le chanteur et leader du groupe de reggae Toots & The Maytals, qui venait juste de sortir un nouvel album, s'est éteint en Jamaïque entouré de ses proches. C’est à lui qu’on doit l’apparition de l’appellation du reggae.

Légende et pionnier du reggae, le Jamaïcain Frederick "Toots" Hibbert est mort à 77 ans
Toots Hibbert, pionnier et légende du reggae, n’avait rien perdu de sa fougue. À 77 ans, il venait tout juste de sortir un nouvel album., © Getty / Kevin Winter

Né en 1942 à May Pen en Jamaïque, Toots Hibbert était l'une des plus grandes voix jamaïcaines. Le chanteur avait véritablement contribué à écrire l'histoire de la musique de son île. Il était, pour beaucoup, celui à qui l'on doit le terme « reggae » dont l'origine remonte au fameux single Do The Reggay, chanté avec son groupe les Maytals en 1968. 

Ce vétéran jamaïcain, chanteur et fondateur du groupe Toots & The Maytals est mort vendredi 11 septembre à l'âge de 77 ans. Dans un message posté sur les réseaux sociaux, ses proches ont indiqué qu'il était « mort paisiblement, entouré de sa famille, dans un hôpital de Kingston, en Jamaïque ». Les causes de la mort n'ont pas été précisées mais la semaine passée, le chanteur avait été admis en soins intensifs à l'hôpital pour des problèmes respiratoires alors qu'il attendait des résultats d'un test au Covid-19. Il avait ensuite été plongé dans un coma artificiel, à la suite de « complications respiratoires ».

Un tube inspiré de la prison

Toots Hibbert était le dernier d'une famille de sept enfants. Il avait grandi en chantant de la musique gospel dans la chorale d'une église baptiste. Véritable homme-orchestre, il pouvait jouer de tous les instruments utilisés dans son groupe. À l'adolescence, au début des années 60, il avait monté à Kingston un trio vocal avec Ralphus "Raleigh" Gordon et Nathaniel "Jerry" Matthias. C’était la première mouture des Maytals. 

Emmené par la présence éclatante sur scène de ce soulman, le groupe avait grandi en popularité durant les années 60, avec le ska, un style précurseur du reggae. Du ska, au rocksteady en passant par le reggae, le showman de Kingston fut l'auteur de titres fondateurs comme 54-46 That's My Number (inspiré par son emprisonnement pour possession de marijuana durant un an et demi), Funky Kingston, Pressure Drop (repris par The Clash), Reggae Got Soul, ou encore Pass The Pipe.

Hommage de la grande famille du reggae

Bien qu'il soit moins connu que son compatriote Bob Marley, les deux artistes étaient très amis. Toots Hibbert avait écrit Redemption Song que Bob Marley avait décidé de reprendre à sa façon en changeant les paroles sur un rythme similaire. À l’annonce de la disparition du leader des Maytals, le fils de Bob Marley, Ziggy, a aussitôt rendu hommage à Toots Hibbert, qui était devenu un deuxième père pour lui. « Je lui ai parlé il y a quelques semaines et je lui ai dit à quel point je l'aimais, a-t-il tweeté. Son esprit est avec nous, sa musique nous remplit d'énergie et je ne l'oublierai jamais. »

Encore en studio cet été

Depuis l’apogée de sa gloire, Toots Hibbert avait continué durant des décennies à occuper la scène, enregistrant des albums et menant des tournées avec et sans son groupe qui s'était séparé en 1981 avant de se reformer une dizaine d'années plus tard. Dix ans après son dernier album Flip and Twist, Toots Hibbert était de retour dans les bacs le 28 août dernier avec un nouveau long-format Got to Be Tough. Un disque produit par Zak Starkey (le fils de Ringo Starr) sur lequel figurent Ringo Starr, Ziggy Marley, Sly Dunbar et Cyril Neville.

Grâce à ce dernier album, mais surtout avec une discographie érigée au niveau de patrimoine culturel de la Jamaïque, Frederick « Toots » Hibbert était considéré comme le plus grand chanteur de reggae vivant.