La facture instrumentale elle aussi touchée de plein fouet par le Covid-19

Luthiers indépendants, grands groupes et magasins de musique : tous les acteurs du secteur de la facture instrumentale sont touchés de plein fouet par la crise sanitaire. Point d’étape après 15 jours de confinement.

La facture instrumentale elle aussi touchée de plein fouet par le Covid-19
Luthiers indépendants, grands groupes et magasins de musique : tous les acteurs du secteur de la facture instrumentale sont touchés de plein fouet par la crise sanitaire., © AFP / Hans Lucas via AFP

« Je nage dans la paperasse, soupire Fanny Reyre-Ménard, luthière indépendante installée à Nantes. J’expérimente tous les dispositifs pour essayer de rester à flot. » L’heure est à l’inquiétude : « C’est un sacré coup au moral. Mon entreprise se portait bien, je pensais même pouvoir embaucher une deuxième personne. » A l’Atelier du quatuor, Fanny Reyre-Ménard n’est même pas certaine de pouvoir garder son unique salariée dans les prochains mois.

Une crise inédite

Mobilisée, la Chambre syndicale de la facture instrumentale (CSFI) a lancé une enquête auprès de 4000 entreprises et artisans français « Grands groupes, TPE, PME, luthiers indépendants, accordeurs de piano, magasins de musique… explique Jacques Carbonneaux, chargé de mission à la CSFI. Il y a une telle diversité de statuts dans notre secteur, qu’ils ont du mal à se situer dans les aides mises en place par l’Etat, entre la remise d’impôt directe, le délai de paiement des charges, le report du loyer et des factures, le fonds de solidarité de 1500 euros, le prêt garanti par l’Etat et le dispositif de chômage partiel… » L’étude indique aussi que 56% des professionnels de la facture instrumentale ont totalement cessé leur activité. 

Parmi les 32% qui la maintiennent partiellement, beaucoup d’indépendants qui travaillent seuls dans leur atelier. Autre chiffre préoccupant pour la CSFI : « Près de 40% enregistrent une chute de 75 à 100% de leur chiffre d’affaire », note Jacques Carbonneaux. Du jamais vu. « C’est la première fois que notre secteur subit une telle crise, explique Renaud Patalowski, président des hautbois Marigaux. Après la crise de 2008, les commandes avaient baissé, mais nous n’avons jamais été à l’arrêt pendant plusieurs semaines. »

Artisans indépendants et grands groupes

Certains luthiers, comme Fanny Reyre-Ménard, peuvent compter sur la location d’instruments, qui leur permet de payer une partie de leurs charges. Mais pour les plus petites structures, aucune avance sur trésorerie n’est possible. Pourtant plus solides, les grands groupes sont eux-aussi inquiets. « Ce n’est pas parce que nous sommes une multinationale que nous ne sommes pas alarmés », insiste Christophe Valentin, directeur de la division française du géant japonais Casio. 

En France, les 270 magasins qui distribuent les claviers Casio sont fermés. « On mise sur une baisse d’au moins 50% du chiffre d’affaire sur mars et avril. » Même estimation du côté du leader français Buffet-Group. Son président, Jérôme Perrod, n’est pas serein : « Nous n’avons quasiment rien vendu en Chine depuis janvier et la situation en Europe est très tendue. Notre usine francilienne (à Mantes-la-Ville NDLR) est à l’arrêt depuis la mi-mars, tout comme notre atelier de flûtes du Massachussetts, aux Etats-Unis. »

Chômage technique et commandes annulées

Pour tous ces métiers d’atelier, pas de télétravail possible. Les 48 employés des Harpes Camac sont donc au chômage technique. « Les instruments expédiés vers l’Asie sont retenus en Europe et nous avons fermé nos magasins à Paris, Madrid, Berlin et Rotterdam », raconte Jakez François, directeur de l’entreprise nantaise. Fabrication à l’arrêt, distribution en berne et commandes qui dégringolent : l’entreprise Henri-Selmer, qui a également fermé ses ateliers en région parisienne et aux Etats-Unis, voit déjà plus 70% de ses commandes japonaises annulées. 

Les hautbois Marigaux, qui travaille à 95% pour l’export, enregistre aussi une baisse drastique de ses commandes à l’étranger : « Tout est à l’arrêt, explique Renaud Patalowski. Nos 25 premiers clients sont tous étrangers, ils représentent un peu plus de 70% du chiffre d’affaire. C’est bien simple : ils ont soit reporté leurs commandes le plus tard possible, soit tout simplement annulé. »

Du côté des magasins de musique

Les magasins de musique, déjà fragilisés par la concurrence des géants du net, comme Thomann ou Amazon, font grise mine. Éric Gervais continue de réparer les instruments, calfeutré dans sa boutique rouennaise : « Je travaille, mais comme les musiciens ne peuvent pas venir les chercher, l’argent ne rentre pas. Sans compter la chute vertigineuse des ventes depuis fin janvier. » L’artisan s’inquiète pour sa profession. 

D’autres tirent leur épingle du jeu. Woodbrass a bien fermé ses cinq boutiques parisiennes, mais son chiffre d’affaire n’est pas impacté par les mesures de confinement. « Nous faisons 80% de notre chiffre d’affaire sur internet, explique Christophe Chauvin, le directeur. La vente en ligne a augmenté avec beaucoup d’achats de piano numériques et de guitares premiers prix. Les gens en profitent pour se mettre à la musique. »

Préparer la reprise

Plus que l’arrêt temporaire de l’activité, c’est la reprise qui inquiète Renaud Patalowski. « Il va falloir des mois avant que la chaîne entière ne se remette sur pied. Pour moi, l’année 2020 est bonne à enterrer. » Et l’état du secteur culturel préoccupe les fabricants d’instruments de musique. « Enormément de musiciens ont vu leurs concerts annulés et sont en grande difficulté financière, explique Jérôme Perrod de chez Buffet-Group. Nous allons avoir du mal à écouler nos stocks. » Une angoisse plus vive encore chez les luthiers indépendants, qui ne bénéficient d’aucun réseau de distribution : « Nous sommes un marché de niche. Entre les musiciens professionnels qui n’ont plus de travail et les musiciens amateurs qui auront d’autres dépenses prioritaires, je redoute les douze prochains mois », confie Fanny Reyre-Ménard. Chez Selmer, une partie des 480 salariés espère pouvoir retrouver le chemin des ateliers à la fin du mois, dans le respect des nouvelles règles sanitaires. Mais aujourd’hui, l’heure est plus que jamais à l’incertitude.