Un accord entre Radio France et la SNCF pour faciliter le transport des musiciens partout dans le pays

Radio France et la SNCF ont renouvelé leur partenariat pour la saison 2018-2019. Cet engagement, qui porte sur le transport des musiciens des formations musicales de la Maison de la Radio, simplifie le casse-tête des instrumentistes en voyage.

Un accord entre Radio France et la SNCF pour faciliter le transport des musiciens partout dans le pays
La SNCF et Radio France ont renouvelé leur partenariat sur le transport des musiciens, © Maxppp / Dan Kitwood

De septembre 2018 à juillet 2019, la SNCF assurera le transport des musiciens des formations de Radio France, l’Orchestre philharmonique, l’Orchestre National de France, le Chœur et la Maîtrise. 2500 billets seront mis à leur disposition, pour 18 concerts dans le pays et à l’étranger, notamment Liège et Cologne, avec un objectif, celui d’amener la musique partout dans le pays. « On a souhaité avec Radio France pouvoir aller là où on n’attendait pas forcément les orchestres », explique Mathias Vicherat, directeur général adjoint du groupe SNCF. 

Les grandes villes comme Lyon et Marseille côtoient celles de plus petite taille, comme Albi et Amiens. « Radio France a aussi à cœur de faire une forme de turn-over et que ce ne soit pas tous les ans toujours les mêmes villes qui bénéficient des orchestres », ajoute-t-il. 

« J’ai voyagé de nombreuses fois dans la voiture bar avec mon violoncelle en laissant ma place toute seule »

Décrire ce partenariat conclu entre Radio France et la SNCF amène inévitablement à aborder la question sensible du transport des instrumentistes. Un parcours souvent compliqué, raconte Marlène Rivière, violoncelliste à l’Orchestre National de France, surtout lorsqu'elle se déplace en dehors du cadre de l'orchestre :  « En train, il m’est arrivé de nombreuses fois de voyager dans la voiture bar avec mon violoncelle en laissant ma place toute seule, parce que je ne pouvais pas installer ma boîte de violoncelle. Quelques collègues ont également eu des amendes parce qu’on considère que ça gêne dans les transports en commun. »

Le plus difficile, affirme-t-elle, reste tout de même l’avion : « C’est très compliqué. Il y a des compagnies qui ne vous acceptent pas avec un violoncelle en cabine. Et il faut savoir que pour nous, mettre un instrument en soute, c’est inenvisageable sans une fly-caisse pour protéger l'instrument. Et en termes de budget, il faut compter un billet supplémentaire pour un violoncelle ou une contrebasse. »

Il y a évidemment des instruments plus facilement transportables que d’autres et cette question est également au cœur du partenariat entre Radio France et la SNCF comme l’explique Mathias Vicherat : «  Quand c’est une flûte traversière il n’y a aucun problème, quand c’est un violoncelle, c’est vrai que ça peut être plus compliqué, à la fois en termes d’espace et en termes de coût. Donc ce partenariat nous donne l’occasion de réfléchir sur ce sujet, on regarde de façon précise comment on peut faire. »

Dans le cadre du partenariat avec la SNCF, les musiciens des formations de Radio France réservent également de petites surprises aux usagers. Certains d’entre eux ont donné un concert en novembre dans un Intercité entre Paris et Caen, d’autres ont joué dans la gare RER des Invalides à Paris.