A la découverte de « Pinocchio » et du monde de l'opéra

Lundi 3 juillet a eu lieu la création de « Pinocchio » de Philippe Boesmans au Grand Théâtre de Provence, dans le cadre du Festival d’Aix en Provence. Plusieurs jeunes ont pu assister à la première, grâce à l’opération « Opera On ».

A la découverte de « Pinocchio » et du monde de l'opéra
Chloé Briot dans le rôle de Pinocchio à Aix, © Maxppp / Serge Mercier

A l’accueil Opera On, dans le hall du Grand Théâtre, les jeunes spectateurs défilent. Certains sont très apprêtés, en robe, en trois-pièces agrémenté d'un nœud papillon. D’autres en simple et confortable t-shirt, baskets. Ce soir, 125 filles et garçons âgés de moins de 30 ans sont venus assister à la première de Pinocchio de Philippe Boesmans, munis de places très bien situées, qu'ils n'ont payées que 9 euros.

Tous sont inscrits à l’opération Opera On, dont l’objectif est de démocratiser et d’accompagner la découverte de l’opéra. Toute l’année, des ateliers, des rencontres et des activités sont organisés dans plusieurs lieux partenaires du festival, afin de faire découvrir l’univers des œuvres programmées et ensuite permettre aux participants d’assister aux premières, avec un prix très avantageux.

Lycéens, étudiants, jeunes actifs …Tout le monde peut s’inscrire, « il faut juste avoir moins de trente ans », rappelle Florence Nowak, chargée des relations du festival avec les lycées et l’enseignement supérieur. « Nous avons beaucoup d’ingénieurs, mais aussi des étudiants en lettres et en médecine », détaille-t-elle. Afin de faire découvrir le projet, l’équipe est présente sur les réseaux sociaux et elle se déplace dans les écoles, les universités et va à la rencontre des comités d’entreprise. « A chaque fois, nous essayons de trouver l’entrée qui pourra le plus les intéresser. Pour les étudiants en BTS gestion par exemple, ce sera par le budget d’un opéra, la billetterie. Pour ceux en lettres, la question de la retranscription » .

Cette année, il y avait 500 places de disponibles, contre 300 l’année dernière. « Cela fonctionne très bien. Les ateliers vocaux ont très bien marchés auprès des étudiants en médecine, tandis que ceux de lettres étaient plus présents aux apéros-opéras », raconte Florence Nowak en souriant.

Parmi les jeunes inscrits il y a Fabien, Simon et Elsa, trois jeunes lycéens en option musique, fraîchement bacheliers. L’ univers de l'opéra ne leur était pas familier, tous pensaient que c’était un monde un peu « vieillot, fermé, difficile d’accès. » Grâce à leur professeur de musique, ils ont découvert Opera On et leur regard sur l’art lyrique a complètement évolué. Fabien a assisté à la pré-générale de The Rake’s Progress. C’était son premier opéra et il a tout simplement adoré : « Je ne m’attendais pas à autant de décors, c’était très moderne, il y avait même des smartphones sur scène ! » D’ailleurs, en sortant de Pinocchio, son cœur balance toujours pour l’oeuvre de Stravinsky, « avec Pinocchio, je m’attendais à retrouver le conte que je connaissais, et j’ai eu l’impression de ne pas assez connaître l’opéra pour apprécier. » Un avis qui n’est cependant pas partagé par Elsa et Simon. Ce dernier explique avoir passé « un moment inoubliable. Sije suis disponible, l’année prochaine, je me réinscris ! ».