La Callas se dévoile sous un jour inédit à la Seine Musicale

Pour sa première exposition, la Seine Musicale à Boulogne-Billancourt célèbre le 40e anniversaire de la disparition de Maria Callas. A partir du 16 septembre, la nouvelle salle inaugurée en avril dernier proposera une immersion dans la vie de la femme et de l’artiste.

La Callas se dévoile sous un jour inédit à la Seine Musicale
Maria Callas, New York, 1961 ©Fonds-de-Dotation-Maria-Callas

Maria by Callas, c’est le nom choisi par la Seine Musicale pour sa première exposition qui ouvrira ses portes à la rentrée. Un nom qui sous-entend que c’est la Callas elle-même, par le biais de nombreuses archives personnelles et inédites, qui se racontera aux visiteurs. « La femme qui raconte l’artiste et l’artiste qui dévoile la femme » comme le synthétise Tom Volf, le commissaire de l’exposition. « Nous avons tenu à proposer une forme inhabituelle pour s’éloigner le plus possible de ces expositions qui peuvent parfois sentir la poussière. Il s’agit d’un parcours audiovisuel et interactif qui plongera le visiteur dans l’intimité de la Callas ».

Dans un espace de 800 m2, l’exposition proposera de nombreuses photographies inédites, des films tournés en Super 8, des enregistrements méconnus de concerts ainsi que des lettres, des costumes ou des objets ayant appartenu à la Diva. Tom Volf, 31 ans, raconte avoir passé quatre ans de sa vie à faire le tour du monde pour rencontrer ceux qui ont connus Maria Callas. Un travail de détective qui lui a permis par exemple de dénicher un film Super 8 datant des années 60 tourné par Grace Kelly ou Franco Zeffirelli pendant des vacances sur le yacht d’Aristote Onassis. Un autre film permettra de revoir les images de sa dernière Norma à l’Opéra de Paris, ainsi que le costume qu’elle portait ce soir-là.

Grace Kelly, Maria Callas, Onasiss ©Fonds-de-Dotation-Maria-Callas
Grace Kelly, Maria Callas, Onasiss ©Fonds-de-Dotation-Maria-Callas

« Mon idée est de plonger le spectateur dans un parcours où il sera guidé du début à la fin par la voix de la Callas » explique Tom Volf qui s’est passionné pour la chanteuse il y a à un peu plus de quatre ans. « J’avoue que je ne savais pas vraiment qui elle était auparavant. A l’époque, j’étais étudiant à New York et je suis allé par hasard au Metropolitan Opera. Je suis tombé totalement amoureux d’un opéra de Donizetti et en rentrant faire des recherches sur ce compositeur, je suis rapidement tombé sur la Callas. Cela a été un coup de foudre absolu ». A tel point que sa passion pour la cantatrice tournera à l’obsession puisque Tom Volf a depuis publié un ouvrage colossal et magistral du même nom que l’exposition, il s’apprête à sortir le recueil de ses correspondances ainsi que de ses mémoires inachevées, et qu’un film documentaire sortira en salles à l’automne.

Le jeune âge du commissaire d’exposition a pu faciliter son travail comme il l’explique lui-même. « Les proches de la Callas sont tous assez âgés et dépassent souvent les 80 ans. Je crois qu’ils ont senti dans ma démarche un besoin de transmission pour les jeunes générations, pour que subsiste le mythe ». Tom Volf insiste d’ailleurs pour dire que c’est principalement pour le grand public et plus particulièrement le jeune public que l’exposition a été conçue. On pourra notamment y découvrir une première mondiale technologique, une salle permettant de voir et d’écouter la Callas à 360° comme si on se trouvait dans la salle de la Scala.

Maria by Callas, une exposition de la Seine Musicale à Boulogne-Billancourt, du 16 septembre au 14 décembre.