L’Orchestre symphonique d’Atlanta s’enfonce un peu plus dans la crise

En désaccord avec la direction, les musiciens de l’Orchestre symphonique d’Atlanta se mobilisent publiquement pour faire valoir leurs droits quant aux accords à trouver pour leur nouveau contrat de travail.

L’Orchestre symphonique d’Atlanta s’enfonce un peu plus dans la crise
© EPA/MAXPPP - L'Orchestre symphonique d'Atlanta au Centre d'Arts Woodruff à Atlanta

Voilà huit mois maintenant que le syndicat des musiciens de l’Orchestre symphonique d’Atlanta et sa direction négocient les termes et conditions des nouveaux contrats de travail des 88 musiciens de la formation… mais en vain. La date d’expiration des contrats actuels est arrivée à son terme le 6 septembre dernier. Depuis, les musiciens ne sont plus rémunérés. Et cela durera jusqu’à la ratification d’un nouveau document officiel.

Impassibles face à cette situation, les musiciens de l’Orchestre ont manifesté mardi 9 septembre dans le centre ville d’Atlanta, devant le Centre d’Arts Woodruff.

La direction de l’Orchestre propose à ses musiciens des contrats d'une durée de 4 ans, avec une hausse de 4,5% de leur salaire. En compensation, les cotisations de santé seraient davantage au dépend des employés (la prise en charge par les employés passerait de 7,5% à 17%). Enfin, la taille de l’orchestre serait plus flexible - comprendre, adaptée et adaptable aux besoins des représentations.

Mais le syndicat des musiciens demande une hausse des salaires de 15% et des contrats de travail établis sur une base de 5 ans ainsi que l’embauche de 12 musiciens supplémentaires.

Si les négociations prennent du temps, c’est notamment parce que la situation économique de l’Orchestre symphonique d’Atlanta est mauvaise. Cette année, la formation est déficitaire de 2 millions de dollars (39 millions de dollars de dépenses contre 37 millions de dollars de revenus). Mais le problème est d’autant plus grave qu’il persiste depuis 12 ans.

En 2012 déjà, la formation musicale avait dû faire de nombreuses concessions (réduction de 14% à 15% de son salaire, licenciements, baisse du nombre de semaines de travail) pour maintenir son activité. Par ailleurs, la baisse de la rémunération du personnel administratif et la collecte de fonds spéciaux sont autant de mesures déployées ces deux dernières années pour essayer de pallier le problème.

Cette année, Donald Runnicles, chef invité de l’orchestre et Robert Spano, chef d’orchestre principal, refusent que la situation se réitère : « Nous demandons au conseil et à la direction de reconnaître les sacrifices que les musiciens ont déjà fait; et d'examiner d'autres issues qui puissent s’inscrire dans la durée » ont-ils exprimé dans une lettre adressée au conseil d'administration de l'orchestre.

Ce contrat a donc pour enjeu la conception d’un nouveau modèle économique pour l’Orchestre. Cela sous-entend une importante remise en question. Quels sont les nouveaux modes de consommation des spectateurs ? Comment se placer face à la concurrence ? Etc.

L’Orchestre symphonique d’Atlanta est associé avec le Centre d’arts Woodruff de la ville d’Atlanta. Chaque année celui-ci (par l’intermédiaire de donateurs) le soutient financièrement (un apport d’environ 3,7 millions de dollars). Mais les bailleurs de fond pourraient se lasser de la situation économique de l’orchestre si celle-ci n’est pas rapidement équilibrée. C’est en tout cas la mise en garde de Virginia Hepner, présidente et directrice générale du centre artistique Woodruff. Pour elle, « il est impératif que l’Orchestre symphonique d’Atlanta trouve un modèle opérationnel contemporain ».

Une situation complexe qui n'est pas sans rappeler le problème qu'a rencontré l'Orchestre du Minessota cette année.

Sur le même thème