L’Orchestre philharmonique de New York s'érige en musique contre la politique de Trump

Le chef de l'Orchestre philharmonique de New York, Alan Gilbert, va inviter sur scène des musiciens du monde entier pour soutenir la paix et les droits de l’homme. Un message directement envoyé à Donald Trump.

 L’Orchestre philharmonique de New York s'érige en musique contre la politique de Trump
Alan Gilbert va inviter des artistes du monde entier pour un « concert de l'unité », © Maxppp / Li Muzi

Pour ses derniers concerts à la tête de l’Orchestre philharmonique de New York, Alan Gilbert, a souhaité ajouter à la musique un message politique. Du 8 au 10 juin, au David Geffen Hall, il dirigera un « concert de l’unité » qui rassemblera les musiciens de son ensemble, ainsi que des instrumentistes venus du monde entier. Parmi eux, il y aura notamment des musiciens d’Iran et d’Irak, deux pays initialement visés par le décret anti-immigration signé par Donald Trump. Ensemble, ils interpréteront la 7e Symphonie de Mahler et des invités devraient également participer à ce programme, comme le violoncelliste Yo-Yo Ma.

L’idée de ce concert est venue à l’esprit d’Alan Gilbert bien avant la signature du décret. Mais selon le chef d’orchestre, le contexte renforce encore plus le besoin de célébrer, en musique, l’union des peuples. Et lorsqu’on lui demande si ce concert est un message envoyé à Trump, la réponse est positive, « impossible pour moi d’éviter ce sujet », répond-il, en ajoutant « il est absurde de créer la division, l’opposition. Le monde n’est pas grand, et nous devrions nous réunir plutôt que de construire des murs. Le vieux cliché selon lequel la musique est un langage universel n’a jamais été aussi vrai ».

Après 8 saisons passes à la tête de l’Orchestre philharmonique de New York, Alan Gilbert laissera sa place, en 2018, à Jaap van Zweden.