L’Orchestre philharmonique de Berlin lance son propre label

La célèbre phalange allemande lance son label « Berliner Philharmoniker Recordings », une annonce présentée en vidéo par Sir Simon Rattle lui-même.

L’Orchestre philharmonique de Berlin lance son propre label
Berliner Philharmoniker Recording mea 603 380

C’est par une intégrale des symphonies de Schumann que l’Orchestre philharmonique de Berlin inaugure son propre label, Berliner Philharmoniker Recordings. Une nouvelle étape dans l’histoire de l’un des plus célèbres orchestres au monde, motivée par la volonté d’ « offrir une expérience musicale complète, liant qualité technique et éditoriale à la transmission de nouvelles perspectives musicales ».

Pour présenter ce grand événement, le directeur musical de l’Orchestre philharmonique de Berlin, Sir Simon Rattle, s’est prêté au jeu de l’interview vidéo (en anglais). « le monde de l’enregistrement change tellement, ces derniers temps, et nous sommes en chemin vers quelque chose – je crois que personne ne sait vers quoi » explique le chef, qui quittera ses fonctions en 2018. « On ne sait pas ce l’enregistrement deviendra », mais, selon le chef, nous nous orientons vers une industrie du disque marquée par l’indépendance des ensembles.

De plus en plus d’ensembles de musique s’orientent vers la création de leur propre label, à l’exemple de William Christie pour les Arts Florissants, ou encore de Philippe Herreweghe et de son label Phi. Les orchestres ne sont pas en reste, puisque l’Orchestre philharmonique de Berlin s’ajoute à la liste, de plus en plus fournie, des phalanges fonctionnant avec leur propre label, à l’exemple de l’Orchestre royal du Concertgebouw, de l’Orchestre symphonique de Londres ou, plus récemment, de l’Orchestre symphonique de Seattle.

L’Orchestre philharmonique de Berlin a été fondé en 1882, son image est historiquement attachée à celle du label Deutsche Grammophon, dont l’association est centenaire (le centenaire du premier enregistrement de l’orchestre par Deutsche Grammophon fut célébré en 2013). Joint par téléphone, Deutsche Grammophon précise que cette création de label ne remet pas en cause de futures collaborations.

L’entretien avec Sir Simon Rattle :

Ailleurs sur le web