L'Orchestre national de France envoûte le Carnegie Hall de New York

Point culminant de la tournée américaine de l'Orchestre national de France, la mythique salle du Carnegie Hall de New York a réservé un accueil chaleureux et enthousiaste à la phalange française. Récit d'une nuit américaine.

L'Orchestre national de France envoûte le Carnegie Hall de New York
©GailMooney/Corbis

C'est assez rare pour être signalé, le public du Carnegie Hall a réclamé un bis ce jeudi 28 janvier. Les mélomanes américains n'ont pas pour habitude de vouloir faire durer le plaisir et ont plutot tendance à écourter les applaudissements pour rapidement filer dans un taxi jaune ou par le métro.

Mais pas ce soir-là. L'énergie dégagée par l'orchestre dirigé par Daniele Gatti a électrisé les 2800 spectateurs de la mythique salle new yorkaise. Debout, ils ont fait revenir le maestro quatre fois de suite avant que ce dernier se décide à diriger un dernier morceau.

Une spectatrice estime que c'est mérité. "Cela faisait longtemps que j'attendais ce concert. Selon moi, il s'agit d'un des meilleurs orchestres au monde. Il y a tant de couleurs et surtout ce pupitre de vents qui a un son si différent de nos orchestres américains. C'était absolument magnifique ". Voici ce qu'on pouvait entendre à la sortie due ce concert au Carnegie Hall, date la plus attendue de cette tournée américaine de l'Orchestre national de France débutée le 24 janvier à Boston.

Les musiciens de l'Orchestre national de France s'installent peu à peu pour le raccord. (© Victor Tribot Laspière / France Musique)
Les musiciens de l'Orchestre national de France s'installent peu à peu pour le raccord. (© Victor Tribot Laspière / France Musique)

Et quoi de plus normal quand on voit la liste impressionnante de noms qui se sont produits sur les planches de cette salle toute en briques ocres. A commencer par le premier, Tchaïkovski en personne, qui en 1891 y est venu diriger ses oeuvres. Musique classique, jazz, pop, rock, etc. Carnegie Hall est un mythe pour l'ensemble des musiciens du monde.

Emmanuel Kurt, percussionniste au sein de l'ONF, a principalement été marqué par l'acoustique. "Le son est incroyable mais il ne pardonne pas. Heureusement, le côté électrique de New York et cette acoustique remarquable nous donne envie de jouer le mieux possible et nous force à nous laisser aller en étant le plus généreux possible ".

Au programme de ce concert : le prélude de l'acte III des Maîtres chanteurs de Wagner, en hommage à Kurt Masur décédé il y a peu et qui fût directeur musical de l’ONF, Prélude à l'après-midi d'un faune de Debussy, le 1er Concerto pour violon de Chostakovitch avec un Julian Rachlin enflammé et endiablé. Un spectateur dira en sortant qu'il a hésité à appeler les pompiers ! Le violoniste lituanien a lui aussi eu le droit à son "Encore" juste avant l'entracte.

Selfies de musiciens devant la salle Isaac Stern du Carnegie Hall de New York. (© Victor Tribot Laspière/France Musique)
Selfies de musiciens devant la salle Isaac Stern du Carnegie Hall de New York. (© Victor Tribot Laspière/France Musique)

Et pour conclure, la puissante Symphonie n°5 de Tchaïkovski. Avec le programme de cette tournée américaine, Daniele Gatti a voulu montrer le savoir-faire de l’orchestre. "Partir en tournée avec un orchestre est quelque chose d'unique. Ce sont les rares occasions que nous avons de renforcer la cohésion entre les musiciens et le chef tout en jouant le même programme plusieurs soirs de suite. A Paris, nous avons parfois deux à trois jours pour répéter un concert. Pour cette tournée, nous avons répété à Paris, puis nous allons jouer le programme sept fois de suite. Et ainsi nous pouvons montrer à différents publics, le cosmopolite de New York ou le public local d'une salle de banlieue, ce qui fait l'essence de notre orchestre ".

Pour l'occasion, le concert était retransmis en direct par Médici.tv dont il s'agissait de la première captation d'un orchestre français à Carnegie Hall. Un concert disponible pendant 90 jours.

fr.medici.tv L’Orchestre national de France poursuit sa tournée ce week-end à Newark, Greenvale avant de conclure dimanche au Kennedy Center de Washington.

Sur le même thème