L’orchestre du Metropolitan Opera joue la carte du web

Les musiciens de l’orchestre du Metropolitan Opera de New York ont investi le web, proposant un grand nombre de contenus entre information et « buzz ».

L’orchestre du Metropolitan Opera joue la carte du web
Page d'accueil du site Internet metorchestramusicians.org

Un grand site Internet richement alimenté par les musiciens eux-mêmes, c’est ce que propose l’orchestre du Metropolitan Opera de New York sur metorchestramusicians.org. Lancé au mois de mars dernier, le site a bénéficié d’un bel article du New York Times intitulé « Les musiciens de l’orchestre du Met se tournent vers les médias sociaux », soulignant la spécificité de cette initiative.

Il s’agit bien d’un site Internet non commercial, et non d’un blog. Soit, un espace web pensé pour expliquer les activités de l’orchestre et de ses musiciens, et disposant d’un espace séparé pour toutes les questions syndicales. L’orchestre, en difficulté, a menacé de se mettre en grève le 12 mai dernier, sur fond de négociation des contrats des musiciens. Mais ces revendications ne figurent pas sur la partie principale du site. Comme l’explique le tromboniste Weston Sprott au quotidien américain, « L’intention n’est pas de se faire connaître pour les négociations ». Pas de revendication, mais une volonté de mettre un nom, un visage, et des mots sur ces musiciens habitués à la fosse et à l’obscurité. Faire connaître l’orchestre, sa vie, ses anecdotes.

Les anecdotes, l’orchestre n’en manque pas. Un exemple : cette photographie d’une annotation sur la partition pour clarinette de Pagliacci. Ecrite le 24 décembre 1912, on lit à l’encre bleue « Caruso a donné 5 dollars à chaque membre de l’orchestre », puis un ajout, au crayon à papier « Quel homme ».

Annotation manuscrite sur la partition pour clarinette de Pagliacci (© Metropolitan Opera)
Annotation manuscrite sur la partition pour clarinette de Pagliacci (© Metropolitan Opera)

Le billet sur cette petite histoire est signé par une altiste de l’orchestre, Mary Hammann. Cette dernière ne s’est pas contentée de publier l'annotation en expliquant le contexte, elle va jusqu’à chercher des coupures de presse relatant la générosité d’Enrico Caruso, et même le contrat du prestigieux ténor pour expliquer ce que représente cette somme aujourd’hui.

Aux côtés de ces anecdotes, on trouve les souvenirs de musiciens (« Faire de la musique avec Carlos Kleiber » ), description du fonctionnement des auditions, quizz « Quel devrait être votre premier opéra ? », ou encore infographie « les anches par les nombres ». Des vidéos-rencontres avec les musiciens complètent le dispositif.

Difficile de mesurer le coût – financier et humain – de la création, puis de l’alimentation d’un tel projet. Mais nul doute que cet investissement accroît considérablement la notoriété de l’orchestre, et le rapproche de son public.

A l’heure où l’existence même de nombreuses formations est remise en cause, aux Etats-Unis comme dans le monde entier, la phalange new yorkaise opère, grâce à ce site, une reconstruction intelligente de son image, mettant en valeur son patrimoine, son savoir-faire, et la générosité de son partage.

Ailleurs sur le web

Sur le même thème