L’orchestre de Toronto exclut la pianiste Valentina Lisitsa

L’Orchestre symphonique de Toronto a décidé d’annuler le concert qu’il devait assurer avec la pianiste Valentina Lisitsa en raison de ses messages critiques contre les autorités ukrainiennes.

L’orchestre de Toronto exclut la pianiste Valentina Lisitsa
La pianiste Valentina Lisitsa (©MaxPPP)

Meilleur ami de la pianiste Valentina Lisitsa, Internet est en train de devenir son pire ennemi. Celle qui s’est fait connaître grâce aux dizaines de millions de vues de ses vidéos publiées sur Youtube vient d’être exclue de l’Orchestre symphonique de Toronto en raison de ses messages publiés – sous pseudonyme - sur Twitter. Valentina Lisitsa devait interpréter avec la phalange canadienne le Concerto pour piano n°2 de Rachmaninov.

Sur le réseau social, la pianiste née à Kiev et résidant aux Etats-Unis critique vivement les nationalistes de son pays natal, dont les actes sont comparés à ceux des Nazis pendant la Seconde guerre mondiale. Des

lourds de sens : « Si l’Europe ne réussit pas à guérir l’Ukraine du virus nazi, la Russie a une médecine traditionnelle qui fonctionnait très bien la dernière fois :) », et des images tout aussi explicites, juxtaposant une photographie légendée « 22 Mars 1943 : Villageois de Khatyn brûlés vivants par les collaborateurs nazis ukrainiens » à une autre, « 2 mai 2014 : Citoyens d’Odessa brûlés vivants par les petits-enfants des collaborateurs nazis ukrainiens », le tout commenté par la pianiste : « Les images parlent plus fort que les mots ».

Depuis l’annulation annoncée – succinctement – par l’orchestre de Toronto, un vaste débat s’ouvre en Amérique du Nord sur la liberté d’expression. Selon Valentina Lisitsa, la direction de l’orchestre a cédé face aux pressions d’un « petit lobby militant » ukrainien. La pianiste dénonce une « censure », dont l’Orchestre de Toronto se défend, argumentant qu’en tant qu’organisme culturel, l’orchestre « ne veut pas faire de place à des opinions pouvant être offensantes ». Quelques personnes ont manifesté mercredi à Toronto, tenant des pancartes « la liberté d’expression est un droit fondamental de la Charte canadienne », mais c’est surtout sur les réseaux sociaux que la pianiste trouve un large soutien, grâce au mot d’ordre « #letvalentinaplay » (« laissez jouer Valentina »).

En concert avec Valentina Lisitsa en juin prochain, l’Orchestre philharmonique de Calgary a pour sa part annoncé qu’il n’annulera pas ses représentations.

Sur le même thème