L'octogénaire britannique qui torturait ses voisins avec son perroquet et de l'opéra

Une octogénaire anglaise en conflit avec ses voisins s'est servi de son perroquet, encouragé à pousser des cris perçants par la diffusion de disques d'opéras à très fort volume, pour leur faire vivre un enfer. Le supplice a duré trois ans et a valu à la dame âgée une peine de prison avec sursis.

L'octogénaire britannique qui torturait ses voisins avec son perroquet et de l'opéra
Un perroquet ara du Brésil, © AFP / Regis Cavignaux / Biosphoto

Les conflits de voisinage sont monnaie courante et certaines personnes sont capable de rivaliser d'imagination pour faire vivre un enfer à leurs riverains. Les Appleton, couple de retraités vivant à Seal dans le Kent dans le sud-est de l'Angleterre, en ont fait les frais. Leur voisine, Catherine Searle 81 ans, avec qui ils étaient en conflit à propos d'une place de parking, a sorti les grands moyens pour pourrir la vie de ses voisins. 

L'octogénaire s'est servi de son perroquet, stimulé par de la musique d'opéra diffusée à fort volume, pour lui faire pousser des cris perçants toute la journée. Les voisins ont décrit ces bruits comme étant de la « torture chinoise », un supplice qui a duré pendant trois ans. De plus, la voisine jetait des déjections voisines dans leur jardin et a rayé leur voiture. Elle a également été filmée à 38 reprises par une caméra de surveillance en train d'enduire de graisse le capot du véhicule de ses voisins ou de disposer des punaises pointues sous les rues. 

Un enfer pour le couple Appleton, qui a déclaré au quotidien britannique Mirror vivre cette torture comme un traumatisme. La femme affirme avoir des « terreurs nocturnes ». Ils ont porté plainte et Catherine Searle a finalement été condamnée à une peine de 70 jours de prison avec sursis ainsi qu'une amende de 780 livres sterlings. Elle est également interdite d'approcher le couple Appleton. Il n'est pas fait mention des opéras qui étaient diffusés.