L’inscription au conservatoire pour les non-débutants, parcours du combattant ?

La première semaine du mois de septembre est synonyme d’auditions pour les 17 Conservatoires de musique de la ville de Paris. Mais pour les élèves non débutants qui souhaitent intégrer un nouvel établissement, la démarche est parfois compliquée.

 L’inscription au conservatoire pour les non-débutants, parcours du combattant ?
Comment intégrer un conservatoire lorsque l'on est non-débutant ? , © Getty / Hill Street Studios

Pendant leurs études supérieures, certains musiciens amateurs sont forcés de mettre de côté la pratique instrumentale, faute de temps. Mais cela ne signifie pas pour autant que l’envie de jouer ou de travailler leur instrument disparaît totalement et parfois, ils se décident à franchir de nouveau la porte d’un conservatoire. 

Or l’inscription pour les amateurs adultes est différente de celle pour les enfants débutants : elle fonctionne sur un système de tirage au sort. A Paris, si l’on souhaite se remettre à la musique, il faut s’inscrire entre juin et août sur le site internet de la Ville et le choix peut se porter sur deux conservatoires, maximum. Cela ne rend pas la démarche aisée, comme l’explique Pauline au micro de Charlotte Landru Chandès. Etudiante en Master 2 à la Sorbonne, elle a étudié le piano classique pendant 10 ans et aimerait reprendre l’apprentissage de l’instrument. « C’est la 3e fois que je tente ma chance, je commence à connaître le système mais ce n’est pas évident ! », déclare-t-elle. « Le problème dans mon cas, c’est que je suis étudiante à Paris donc j'ai atteint les limites d’âge pour postuler à certaines disciplines. Chaque problème administratif, ou le manque de place dans une discipline, est une occasion en moins pour moi d’entrer au conservatoire », ajoute-t-elle. 

Penser aux pratiques collectives

Cette année c’est donc en jazz que Pauline va se présenter. Directeur du Conservatoire Jacques Ibert dans le 19e arrondissement de Paris, Etienne Vandier reconnait que certains établissements et certaines disciplines sont très demandés mais il assure qu’il n’est pas impossible de s’inscrire lorsque l’on a plus de 20 ans : « Si quelqu’un qui arrive avec une bonne pratique instrumentale amateur et qui a fait une pause pour ses études, il n’y a aucune raison que je ne le prenne moins qu’un enfant de 8, 9 ou 10 ans, en fonction de son investissement, de son niveau et de la capacité qu’il a à s’investir, à participer aux projets, jouer dans l’orchestre. » 

Etienne Vandier assure vouloir « favoriser la continuité de la pratique amateur. » Et pour certains instruments où les places sont plus chères, comme le piano ou le violon, la solution peut être les pratiques collectives, « l’orchestre, la musique de chambre ». Ces activités ne présentent pas de limite de place, « ou quasiment pas » et « peuvent intégrer des élèves beaucoup plus facilement ».

Et pour bien cibler son conservatoire, des réunions d'informations sont organisées chaque en mai. L'occasion pour les candidats de rencontrer directeurs et professeurs.