L'incroyable histoire de l'hymne national de la Malaisie composé par Benjamin Britten

A la demande du gouvernement malaisien, le compositeur britannique Benjam Britten avait composé un hymne national mais qui n'avait pas été retenu. Toute trace du morceau avait disparue jusqu'en 2007, date du 50e anniversaire de l'indépendance de la Malaisie.

Et dire que la Malaisie aurait pu avoir un hymne national composé par Benjamin Britten... C'est ce que raconte le journaliste anglais Alex Marshall dans son livre consacré aux hymnes Republic or Death! Travels in Search of National Anthems. L'histoire se déroule dans les années 50 à l'époque où la Malaisie s'appelle Fédération de Malaisie et s'apprête à prendre son indépendance du Royaume-Uni.

En juin 1957, deux mois seulement avant la date officielle de la transition de souveraineté, le gouvernement malaisien n'a toujours pas réussi à trouver un hymne digne de ce nom, ni de drapeau d'ailleurs.

Dans un premier temps, les autorités veulent choisir une chanson traditionnelle sans réussir à trouver une chanson qui fera l'affaire. Le gouvernement décide ensuite de lancer un grand concours international qui recueille plus de 500 contibutions, sans succès.

La Malaisie voit alors en Benjamin Britten un sauveur. Le compositeur anglais est déjà mondialement connu et il accepte d'écrire quelque chose rapidement, en deux jours sans être vraiment convaincu par sa composition.

Dans une lettre à son ami Yehudi Menuhin, il écrira qu'il s'agissait d'un "affreux travail " et que le résultat était "étrange et - je le crains - complètement raté ". Les autorités malaisiennes étaient visiblement du même avis puisque peu de temps après ils retournèrent le manuscrit à Britten en lui demandant de faire sonner l'hyme plus "malaisien". Dans l'enveloppe se trouvaient plusieurs bandes de musique traditionnelle pour que le compositeur puisse s'en inspirer.

Britten dira plus tard qu'il s'agissait des "plus étranges bruits " qu'il ait jamais entendu mais il s'exécuta en ayant conscience de proposer une sorte de pastiche de musique asiatique, comme perçue en Europe.

La version finale arriva dans les mains du gouvernement quelques semaines avant le 31 août 1957, date de l'indépendance, mais fut rejetée sans qu'aucune raison ne soit donnée. La Malaisie décida d'adopter l'hymne Negaraku, déjà utilisé au Perak, l'un des états qui composent le pays, bien que bizarrement, le morceau soit inspiré d'une chanson populaire hawaïenne.

Depuis, la partition avait été complètement oubliée et n'a été jouée pour la première fois qu'en 2007, lors d'un concert londonien pour célébrer le 50e anniversaire de l'indépendance de la Malaisie. Selon Mervyn Cooke, un spécialiste de Britten de l'Université de Nottingham, le rejet de l'oeuvre par le gouvernement malaisien n'a rien à voir avec la qualité du morceau mais plutôt qu'il aurait été curieux que l'hymne officiel soit composé par un anglais, alors que justement le pays prenait son indépendance du Royaume-Uni.

Benjamin Britten, bien que furieux, ne fut pas surpris par la décision. Il remercia son éditeur de ne pas avoir retourné le chèque puis ajouta "Vous ne pensez pas que nous devrions demander qu'on nous retourne le manuscrit ? Après tout, il pourrait être utile pour un autre pays d'Asie ? "

Sur le même thème