L'immense compositeur polonais Krzysztof Penderecki est mort

Il était l'un des plus importants compositeurs au monde, le Polonais Krzysztof Penderecki est mort à Cracovie dimanche 29 mars. Il avait 86 ans.

L'immense compositeur polonais Krzysztof Penderecki est mort
Le compositeur polonais Krzysztof Penderecki est mort dimanche 29 mars à l'âge de 86 ans, © AFP / Beata Zawrzel / NurPhoto

Figure majeure de la composition, le polonais Krzysztof Penderecki est mort dimanche 29 mars à l'âge de 86 ans, dans sa ville natale de Cracovie. Selon les médias du pays, qui citent l'association Ludwig van Beethoven fondée par son épouse Elzbieta, le compositeur et chef d'orchestre est décédé des suites d'une longue maladie. 

Dans un tweet, le ministre polonais de la Culture a dit de lui qu'il était l'un « des plus grands musiciens polonais, une autorité mondiale de la musique classique ». France Musique lui rendra hommage dès lundi.

Né en novembre 1933 à Cracovie, Krzysztof Penderecki est rapidement devenu une figure musicale incontournable et respectée en Pologne. S'il explore les langages musicaux nés au XXe siècle, atonalité, musique sérielle, le compositeur retourne vers la musique tonale à partir des années 1980. Penderecki créera de nombreuses œuvres sacrées, guidé par sa foi catholique, centrale dans son existence. Nombre de ses compositions ont été utilisées au cinéma par Stanley Kubrick, David Lynch, Peter Weir, Martin Scorsese ou William Friedkin dans L'Exorciste

Son opéra, Les Diables de Loudun, créé en 1969 au Staatsoper de Hambourg, lui vaut sa première reconnaissance internationale. Sa musique a également joué un important rôle en Pologne pendant les troubles politiques que connaît le pays en 1980. Le syndicat Solidarnosc, mené par Lech Walesa, lui passe commande d'une oeuvre pour honorer la mémoire des ouvriers tués pendant la révolté des chantiers navals de Gdansk. Penderecki compose alors son fameux Lacrimosa, qui sera plus tard intégré à son Requiem Polonais.

La République française lui commandera également une oeuvre, la Symphonie n°4, dans le cadre du bicentenaire de la Révolution de 1789. Tous les grands solistes et orchestres du monde veulent travailler avec lui et passent des commandes. Rostropovitch, Anne-Sophie Mutter, Jean-Pierre Rampal, le Philharmonique de Berlin, le Bayerische Staatsoper, les villes de Jérusalem, Moscou, Gdansk pour des commémorations, etc. Penderecki est honoré par tous les pays et un billet de banque polonais est édité avec son visage. En 2006, le festival Présence de Radio France lui dédie une rétrospective, qui sera un immense succès. 

Egalement chef d'orchestre, Penderecki a dirigé de nombreuses formations et a assuré la direction artistique de l'Orchestre philharmonique de Cracovie et du Sinfonia Varsovia. En 2018, la Pologne célébrait en grande pompe son 85e anniversaire, également année de commémoration du centenaire de l'indépendance du pays. 

A cette occasion, le musicologue polonais Aleksander Laskowski expliquait l'importance de la musique de Penderecki dans l'histoire du pays : « Celle de Chopin pour l'identité de la Pologne au XIXe siècle, celle d’Ignacy Paderewski, devenu premier ministre, pour sa force politique, et enfin celle de Krzysztof Penderecki, qui a joué un rôle très important dans l’esthétique et la politique musicale de notre pays, notamment dans le domaine de la musique religieuse, pendant la période communiste ».