Antoine Guerber : hommage à Samuel Paty et difficultés du confinement

A l'occasion de la journée de solidarité avec l'Education nationale, Antoine Guerber, directeur de l'Ensemble Diabolus in Musica, relate sa rencontre avec le professeur assassiné au collège Bois d'Aulne de Conflans Sainte Honorine. Il évoque aussi ses difficultés de jouer en plein confinement.

Antoine Guerber : hommage à Samuel Paty et difficultés du confinement
Antoine Guerber : hommage à Samuel Paty et difficultés du confinement, © Benjamin Dubuis

Le 30 janvier dernier, Antoine Guerber, directeur de l'ensemble Diabolus in Musica s'est rendu au collège Bois d'Aulne de Conflans Sainte Honorine pour montrer les liens entre les musiques anciennes et arabes, plus particulièrement algériennes, à la demande de Samuel Paty. Le musicien s'exprimait ce lundi 2 octobre sur France Musique dans Musique Matin.

Au micro de Gabrielle Oliveira Guyon, Antoine Guerber se souvient de Samuel Paty comme d'une personne "très attachante", "un enseignant très respecté par ses élèves, très ouvert, très sympathique." L'annonce de la mort du professeur a été "un choc important" pour le musicien. 

Suite au décès de Samuel Paty, Diabolus in Musica reviendra au collège Bois d'Aulne de Conflans Sainte Honorine afin de rejouer le concert mêlant musique arabe et musique française. Antoine Guerber conclut simplement en précisant que c'est "très important pour nous de revenir et de venir soutenir les élèves et les collègues de Samuel Paty."

L'importance de l'enseignement

Diabolus in Musica s'est spécialisé dans la musique du Moyen Âge. Une époque souvent méconnue, dont les musiques anciennes sont "beaucoup trop peu enseignées" selon le musicien, qui souligne que "le Moyen Âge est souvent le parent pauvre par méconnaissance, d'où l'importance des ensembles qui s'attachent à faire redécouvrir ces musiques." 

C'est d'ailleurs par la transmission d'un maître, en l'occurrence Dominique Vellard, qu'Antoine Guerber a lui-même découvert sa passion pour les musiques anciennes lors d'un "petit stage de trois-quatre jours (...). Le chant grégorien, que je ne connaissais absolument pas, peut être magnifique quand c'est interprété de façon ancrée, terrestre avec une voix travaillée. Ca a été un choc dont je ne me suis pas remis."

Avec le confinement, Antoine Guerber ne voit pas se dessiner le futur d'un bon oeil. Il remarque que transmettre son travail par Internet va être "vraiment difficile, surtout pour nous qui travaillons sur le patrimoine historique né dans des architectures précises. On a la chance de chanter au Palais des papes ou au Mont Saint Michel, ou dans des cathédrales et transmettre ça de façon numérique n'est pas évident. On aimerait vraiment retrouver nos salles de concert, nos salles historiques le plus vite possible et on espère que ça viendra."   

Antoine Guerber prévoit de sortir Reine du Ciel, un nouveau disque en 2021. L'enregistrement prévu début décembre devrait bien avoir lieu. Le musicien précise que "légalement, l'enregistrement pourrait avoir lieu dans l'Abbaye de  Noirlac, dans des locaux très vastes. Je serai avec huit chanteurs et Jean-Marc Lainé, notre preneur de son habituel. Il faut que personne n'ait le COVID donc nous nous testerons tous avant de commencer. "

Toute l'équipe va travailler durant "quatre jours et quatre nuits", selon Antoine Guerber, pour enregistrer, du 8 au 11 décembre, la messe Ave regina celorum de Guillaume Dufay. La directeur de l'Ensemble Diabolus in Musica ajoute que c''est "une messe emblématique car c'est un peu la dernière messe du Moyen Âge. Une sorte d'apothéose éblouissante. "