L'ex-directeur du conservatoire de Toulon condamné pour corruption

Philippe Lesburguères, ancien responsable du CNRR de Toulon, et deux ressortissants chinois ont été condamnés pour corruption à 18 mois de prison et 10 000 euros d'amende.

L'ex-directeur du conservatoire de Toulon condamné pour corruption
Philippe Lesburguères devant le CNRR de Toulon-Provence-Méditerranée. (DR)

L'affaire de corruption qui a touché le conservatoire de Toulon-Provence-Méditerranée vient de connaître son épilogue. Philippe Lesburguères, ex-directeur du CNRR, a été condamné pour avoir accepté des voyages tous frais payés en Chine et en Thaïlande, contre des admissions d'élèves chinois en 3e cycle. Deux ressortissants chinois, à l'origine de l'escroquerie, ont également été condamnés à 18 mois de prison ferme avec mandat d'arrêt pour la tête pensante de l’opération, Ling Zhu (corruption active) et un an de prison avec sursis pour Xin Jin (complicité de corruption). Philippe Lesburguères écope lui de 18 mois de prison avec sursis et une amende de 10 000 euros (corruption, faux et usage de faux).

Ces pratiques, mises en place entre 2007 et 2010, auraient bénéficié à 47 élèves chinois. A la même époque, un scandale éclaboussait l'Université du Sud-Toulon où plusieurs étudiants chinois, parlant très mal le français, sont soupçonnés d'avoir monnayé leurs diplômes. Les rumeurs qui circulaient sur les admissions peu académiques des élèves chinois au conservatoire étaient alors passées plus ou moins inaperçues. Philippe Lesburguères avait alors été suspendu pendant quatre mois de ses fonctions avant de quitter la direction de l’établissement.