Franck Riester : « L’Etat sera aux côtés des festivals pour passer cette étape 2020 »

Invité de la matinale de France Inter le jeudi 16 avril, le ministre de la culture, Franck Riester, a annoncé étudier comment « des plus petits festivals pourraient être organisés à partir du 11 mai ».

Franck Riester : « L’Etat sera aux côtés des festivals pour passer cette étape 2020 »
Franck Riester, ministre de la Culture, © Maxppp / Le Pictorium

C’est un moment terrible pour la culture, mais l’Etat sera aux côtés des festivals pour passer cette étape de 2020 et surtout préparer 2021 ». Le ministre de la Culture Franck Riester était l’invité de la matinale de France Inter le jeudi 16 avril. S'il a réaffirmé que les grands festivals ne pourront pas se tenir « minimum avant mi-juillet », le ministre a déclaré que « pour autant, pour des plus petits festivals, à partir du 11 mai, on peut voir de quelle manière peuvent être organisés certains d’entre eux. »

« La priorité ce sera la sécurité des spectateurs, des artistes, des techniciens, mais si des festivals sont adaptés à de petites jauges, et s’il n’y a pas de problème de sécurité, nous accompagnerons ces festivals », a-t-il ajouté. 

A l’image des Vieilles Charrues, de grands festivals pourront également être annulés après la mi-juillet, « parce que prévoir un festival de cette taille nécessite du temps et de l’anticipation. »

« C’est un brise cœur pour tous, pour les spectateurs, les bénévoles, celles et ceux qui travaillent pour ces festivals », a annoncé le ministre, qui rappelle que « le calendrier est celui des précautions sanitaires. Ce n’est pas moi, ministre de la Culture, qui le définis : ce sont les autorités de santé, sous l’autorité du président de la République et du gouvernement, qui décideront le moment venu. Nous souhaitons que la privation de spectacle vivant, de cinéma, soit limitée. »

Aides financières pour les artistes, les intermittents

Interrogé sur les conséquences dramatiques de la crise sanitaire pour la culture, le ministre déclare travailler avec Bruno Lemaire, ministre de l’Economie et Gérald Darmanin, ministre des Comptes publics sur « des dispositifs spécifiques pour accompagner le secteur des arts et le secteur de la culture ». 

Un plan doit être présenté dans les 15 jours. « Nous avons déjà passé le fonds de solidarité accessible aux artistes auteurs de 1 à 7 milliards. Et on a fait en sorte de modifier les critères d’accès à ce fonds pour prendre en compte une période plus longue, mieux adaptée, sur douze mois plutôt que sur un mois. »

En ce qui concerne les intermittents du spectacle, « des dispositifs ont été renforcés pour leur permettre de bénéficier d'une sécurité supplémentaire. L’enjeu, c’est de faire que celles et ceux qui devaient employer les intermittents, même sans contrat signé puissent avoir les moyens de tenir malgré tous leurs engagements ».

« C’est ce fonds d’intervention spécifique qui va nous y aider. C’est aussi, pour les intermittents qui ne sont pas actuellement dans un statut d’intermittence, qui auraient dû avoir leurs droits en travaillant par exemple à Avignon, de pouvoir bénéficier de la solidarité. Notre obsession c’est que personne ne soit laissé au bord de la route ».