L’aventure harpe sur le dos pour la musicienne bretonne Molène Galard

Molène Galard, jeune harpiste venue de Bretagne, s’est lancé dans un projet hors du commun. Depuis le début du mois d’août, elle parcourt l’Auvergne pour proposer des concerts chez l’habitant, en échange du gîte et du couvert. Une nouvelle manière de partager sa musique.

L’aventure harpe sur le dos pour la musicienne bretonne Molène Galard
La harpiste Molène Galard a sillonné l'Auvergne pendant trois semaines, au mois d'août, pour partager sa musique traditionnelle bretonne., © Molène Galard

Le 8 août dernier, quand elle débarque à Clermont-Ferrand, Molène Galard n’a pas oublié sa harpe celtique ni ses chaussures de marche, mais elle a surtout un rêve en tête : réaliser un road-trip musical improvisé. Professeure de harpe depuis 12 ans à Vitré, en Ille-et-Vilaine, c’est sur la région des Puys qu’elle a jeté son dévolu pour ce projet particulier. Poussée par un besoin de rencontre après des mois de confinement « compliqués » et une envie de partager sa musique, Molène Galard n’a pourtant pas choisi des salles de spectacle pour se produire. Au contraire, la Bretonne s’est donné comme objectif de jouer le plus de concerts spontanés privés dans la région, en dormant directement chez l’habitant. 

« Ces derniers n’étaient pas évidents pour moi, témoigne Molène Galard. Avec le confinement et la crise sanitaire, les conditions pour enseigner n’étaient pas faciles. Je passais tout mon temps devant mon ordinateur, et j’ai finalement très peu joué pour moi. » De cette frustration est née une envie, celle de partir seule avec sa harpe sur le dos. 

Des apéros musicaux loin des fest-noz

Pour ses vacances, Molène Galard s’est donc organisé un tour d’Auvergne hors des sentiers battus. Grâce à quelques points de chute, l’aventure de la musicienne a commencé avec de bonnes bases dans le centre-ville de Clermont-Ferrand. Dès son arrivée, la harpiste est accueillie chez la famille Arnaud, des amis de sa cousine. De là, elle entame une série de concerts : sur les marchés, lors de bœufs musicaux, et organise un apéro musical chez ses hôtes.

« Nous avons trouvé l’initiative superbe. Nous avons accueilli Molène pendant un repas de famille, c’était le moment idéal pour faire un apéro musical à la harpe », explique Florence Arnaud, d’ailleurs elle aussi musicienne. Une première réussie, pour Molène Galard, plus habituée à courir les fest-noz qu’à se produire devant un public si réduit. De son pays gallo, elle a apporté en Auvergne des mélodies traditionnelles bretonnes à danser, mais aussi quelques compositions personnelles, inspirées de voyages en Irlande.

Un tour d’Auvergne pour partager sa passion

Au fil des rencontres, et grâce au bouche-à-oreille qui s’organise depuis la maison clermontoise des Arnaud, Molène Galard commence à organiser son tour de la région. À la façon de Nus et culottés, la célèbre émission diffusée sur France 5, dans laquelle Nans et Mouts tentent des expériences itinérantes « culottées » après s'être fixé un objectif en vue de concrétiser un de leurs rêves. Molène Galard a troqué le balluchon avec sa harpe celtique. Mais comme les deux compères de France 5, elle se déplace en auto-stop. Et elle aussi compte sur la générosité pour offrir des concerts en échange du gîte et du couvert.

Après quelques jours dans la métropole des Arvernes, Molène se fait déposer dans le Livradois-Forez (à l’Est de Clermont et Issoire) par un automobiliste croisé par hasard sur la route, avec toujours cette envie de se « laisser porter par le hasard de [ses] rencontres, nous dit-elle, pour pouvoir transmettre [sa] musique à tous les publics ». Avec le recul, elle avoue qu’elle aurait pu partir sans argent, elle aussi (comme le font Nans et Mouts dans Nus et culottés). Grâce à son chapeau, qu’elle dépose devant elle sur les marchés, Molène Galard a constaté la générosité des passants, toujours prêts à recevoir. 

Un concert de clôture devant plusieurs familles

De cette expérience, la jeune harpiste revient « nourrie des différentes rencontres ». Même si, après trois semaines sans cesser de bouger, toujours à dépendre des autres, elle s’avoue fatiguée : « c’est une fatigue heureuse », rigole-t-elle. Partie sur un coup de tête, et finalement séduite par les concerts chez l’habitant, Molène Galard revient à Clermont en début de semaine pour « boucler la boucle » chez la famille qui l’a accueilli en premier. 

Dans le jardin de Florence Arnaud, mardi 25 août, une vingtaine d'invités assistent au concert privé donné par la harpiste Molène Galard.
Dans le jardin de Florence Arnaud, mardi 25 août, une vingtaine d'invités assistent au concert privé donné par la harpiste Molène Galard., © Florence Arnaud

Pour terminer sa « tournée » improvisée, Florence Arnaud a invité Molène Galard à se produire dans son jardin pour un concert de clôture d’aventure. « Je me suis occupée d’installer des chaises et des lumières dans le jardin, raconte Florence Arnaud. Elle, nous a emmenés en Bretagne grâce à son instrument. C’était magique. » Avec cette alternative « maison » aux festivals, Florence a pu accueillir une vingtaine d’invités dans son jardin. 

Après cette dernière, Molène doit regagner la Haute-Bretagne en fin de semaine, le 28 août. Son road trip musical s’achève sur de belles notes et des rencontres inoubliables pour la jeune musicienne. Elle reviendra « c’est sûr ! » et réitèrera l’expérience. Pourquoi pas sans un sou, seulement sa harpe. Elle y réfléchit.