L'association Talents et violoncelles vient en aide aux virtuoses de demain

Depuis 2010, Talents et violoncelles permet à de jeunes violoncellistes issus de milieux modestes de se voir prêter un instrument d'exception. Créée par Raphaël Pidoux du Trio Wanderer, l'association a déjà aidé dix lauréats.

L'association Talents et violoncelles vient en aide aux virtuoses de demain
Raphaël Pidoux, violoncelliste du Trio Wanderer, explique le fonctionnement de l'association Talents & violoncelles. (© Victor Tribot Laspière/France Musique)

Tous les violoncellistes vous le diront, même si c'est avant tout le travail personnel qui prime, la qualité de l'instrument compte pour beaucoup dans le développement du jeu. Mais alors comment faire pour acquérir un instrument digne de ce nom lorsqu'on est issu d'un milieu modeste ? A savoir que le prix d'un bon violoncelle peut atteindre de 30 000 à 40 000 euros pour les modèles neufs, et jusqu'à plusieurs centaines de milliers voire de millions d'euros pour un instrument ancien.

Un prix important qui peut freiner des jeunes virtuoses en devenir dans le développement de leur carrière. C'est donc dans ce but qu'a été créée l'association Talents et violoncelles, qui propose de trouver les financements nécessaires à la conception de violoncelles modernes chez des luthiers français afin de les confier à des étudiants prometteurs. C'est le cas d'Adrien Bellom, 24 ans, élève au Conservatoire National Supérieur de Paris, qui s'est vu prêter un instrument moderne il y a un an.

Adrien Bellom, 24 ans, lauréat de Talents et violoncelles. (© Victor Tribot Laspière/France Musique)
Adrien Bellom, 24 ans, lauréat de Talents et violoncelles. (© Victor Tribot Laspière/France Musique)

Depuis la création de l'association en 2010, dix jeunes ont déjà pu bénéficier d'un violoncelle d'exception pour développer leur jeu. Et c'est à Raphaël Pidoux, violoncelliste du Trio Wanderer et professeur au conservatoire à rayonnement régional de Paris, qu'ils doivent cette initiative. Selon lui, les jeunes concernés peuvent désormais envisager de se présenter dans des concours internationaux avec sérénité.

Raphaël Pidoux, violoncelliste du Trio Wanderer et fondateur de l'association. (© Victor Tribot Laspière/France Musique)
Raphaël Pidoux, violoncelliste du Trio Wanderer et fondateur de l'association. (© Victor Tribot Laspière/France Musique)

Les lauréats peuvent garder leur instrument pendant deux ans. Des facilités d'achat pourront ensuite leur être proposé. L'association espère obtenir douze violoncelles au total afin d'avoir un fonds de roulement. Pour l'instant, quatre ont déjà été conçus, un cinquième est sur le point d'être terminé et tous sont issus de la grande tradition de lutherie française.

Gustave Bourgeois, lauréat, jouant sur un violoncelle fabriqué par le luthier Francesco Coquoz. (©Victor Tribot Laspière/France Musique)
Gustave Bourgeois, lauréat, jouant sur un violoncelle fabriqué par le luthier Francesco Coquoz. (©Victor Tribot Laspière/France Musique)

Côté financement, l'association a demandé de l'aide à la banque populaire caisse d'épargne ainsi qu'à la Spedidam (société de perception des droits des artistes interprètes). A chaque nouveau projet, l'idée était de trouver une caisse d'épargne en lien avec l'origine géographique du lauréat et également avec un luthier. C'est une dimension à laquelle Raphaël Pidoux tenait beaucoup : l'aspect patrimonial en commandant des instruments qui seront les "stradivarius" de demain, dans 200 ou 300 ans.

Le luthier Franck Ravatin, renommé à l'international et installé à Vannes, a conçu le violoncelle de Justine Metral, une lauréate de 20 ans.

Talents et violoncelles ne compte pas s'arrêter à la commande d'instruments neufs, l'association envisage également d'acquérir des violoncelles anciens de type italien afin de proposer une large palette aux lauréats souhaitant se spécialiser dans la musique baroque, par exemple.

Sur le même thème