L'altiste porte plainte contre le Royal Opera House

L’altiste Chris Goldscheider traduit en justice le Royal Opera House pour avoir subi des lésions auditives lors des répétitions d'orchestre, un précédent qui attire l'attention sur la récurrence des problèmes auditifs des musiciens professionnels.

L'altiste porte plainte contre le Royal Opera House
© Eric Nathan/Loop Images/Corbis

L’altiste Chris Goldscheider, membre de l’orchestre du Royal Opera House depuis 2002, a porté plainte contre la célèbre institution londonienne pour avoir subi des lésions auditives irréversibles pendant les répétitions de la Walkyrie de Wagner en 2012, lésions qui ont un effet définitif et dévastateur sur sa carrière de musicien :

« Je suis musicien professionnel depuis un quart de siècle, »a-t-il déclaré. « La musique est mon revenu. La musique est tout pour moi. »

Selon la BBC, pendant les répétitions le musicien était placé juste devant la section des cuivres dans la fosse d’orchestre. Alors que les pics sonores, amplement servis par la section des cuivres dans cet opéra de Wagner, atteignent les 137 décibels – la puissance d’un moteur d’avion -, le Royal Opera House n’a pas dispensé aux musiciens de la fosse la protection auditive suffisante ni la formation adéquate pour se protéger, estiment ses avocats.

Chris Goldscheider rapporte avoir subi une perte de l’audition temporaire, suivie par « le choc acoustique », un phénomène qui fait que son cerveau amplifie de façon systématique tous les sons de l’environnement :

« A sa naissance l'année dernière, ma fille a beaucoup pleuré. J’ai fini par garder le lit pendant trois semaines à cause des vertiges provoqués par le bruit ».

Dans la vie quotidienne, même pour les situations aussi anodines que la préparation d’un repas, le musicien est obligé de porter des protections auditives pour limiter le bruit. Ce qu’il regrette le plus, c’est qu’il ne peut plus du tout écouter son fils, corniste talentueux, répéter ou se produire en concert.

« Depuis mon accident, je n’ai jamais pu supporter l’écouter, même s’il répète dans une pièce à l’étage, alors que je suis au rez-de-chaussée de la maison. »

Le Royal Opera House décline toute responsabilité dans cet incident, en expliquant que les musiciens ont eu des protections auditives pouvant réduire l’intensité sonore jusqu’à 28 décibels.

« La plainte de M. Goldscheider contre le Royal Opera House est un sujet complexe médical et juridique sur lequel une enquête est ouverte. Toutes les parties sont favorables pour trouver une solution. Le dossier est dans les rouages de la justice et pour le moment il serait inapproprié de le commenter davantage», a déclaré le Royal Opera House pour la BBC.

En même temps, à peu près un quart des musiciens de l’orchestre souffrent des maladies auditives, et le syndicat des musiciens a confirmé que les lésions auditives sont monnaie courante pour les instrumentistes d’orchestre. Pendant la saison 2013/2014, 117 semaines de congés maladie dus aux problèmes d’audition ont été déclarés.

De manière générale, le cas de Chris Goldscheider attire l’attention sur un sujet encore trop peu traité dans le milieu de la musique classique. Dans une étude publiée en novembre 2015 et menée par Help Musicians UK, sur 692 musiciens interrogés, 40.5 % ont affirmé avoir ressenti la détérioration de leur audition, dont 62% la décrivent comme permanente. Les trois quarts parmi eux l'attribuent à leur métier de musicien professionnel, et plus que 80% pensent que les employeurs devraient équiper davantage les musiciens en protections auditives, pour le concert comme pour les répétitions.

Sur le même thème