Jordi Savall soutient le mouvement de grève en Catalogne

Dans un message publié sur Facebook, le chef et musicien Jordi Savall dénonce les violences policières qui ont eu lieu en marge du référendum sur l'indépendance de la Catalogne. Originaire de la région de Barcelone, il apporte son soutien au mouvement de grève lancé ce mardi 3 octobre.

Jordi Savall soutient le mouvement de grève en Catalogne
Jordi Savall lors d'un rassemblement d'artistes en faveur du référendum sur l'indépendance de la Catalogne , © Maxppp / Toni Albir

« Communiqué de protestation ». Sur son compte Facebook, Jordi Savall a publié un message dans lequel il soutient le mouvement de grève lancé en Catalogne et dénonce les violences policières qui se sont déroulées en marge du référendum sur l’indépendance de la région, le 1er octobre 2017. Selon le gouvernement régional, les affrontements entre les forces de l’ordre et les sympathisants indépendantistes ont fait près de 900 blessés.

Le chef et musicien, né à Igualada, dans la province de Barcelone, s'était mobilisé en faveur de la tenue de ce référendum, interdit par le gouvernement espagnol. Il condamne « avec fermeté les graves et extrêmes violences perpétrées par la Police Nationale et la Guarda Civil » et ajoute qu’il « n’existe aucun argument ni aucune raison qui justifient » cette « terrible brutalité policière » à l’encontre de « personnes exerçant leur droit de vote dans des attitudes pacifiques et solidaires. »

Dans son message, Jordi Savall appelle l’Etat à accepter les différences. Si l'artiste comprend et respecte « pleinement tous les catalans qui se sentent pleinement espagnols et catalans en même temps », il rappelle qu’« une part importante de citoyens qui vivent en Catalogne cherche à trouver et développer un espace dans lequel soient pleinement respectés et valorisés leur culture, leur potentiel social et économique et leur liberté. » Selon lui, « l’action brutalement répressive des forces de police de l’Etat (…) est la confirmation de la totale incapacité de l’Etat espagnol à comprendre la réalité de la situation ».

Jordi Savall termine en affirmant qu’« il n’y a pas de dialogue interculturel possible entre cultures différentes sans le respect et la reconnaissance des droits de chacune d’entre elles. »